Avertir le modérateur

régions

  • Les vins du Rheingau

    Pin it!

    Bernkastel_pic.jpgC’est ici que vous goûterez le plus grand nombre des meilleurs vins allemands, dont quelques-uns font partie des plus grands vins du monde, notamment les Auslese, Beerenauslese, Trockenbeerenauslese, voire certains Kabinett extravagants. A plus de 80%, le Riesling est le cépage principal du Rheingau, mais l’on produit également des rouges (à Assmanshausen) qui ne m’ont pas vraiment enthousiasmé, douceâtres et pâles, sans réel intérêt.

    Le Rheingau est un cas à part du vignoble allemand où la multitude de crus alliée à une impressionnante diversité de sols (quartz, schistes, lœss, marnes, calcaires, ardoises, limons…) s’ajoutent au fait que la région est surtout celle de producteurs indépendants, à l’inverse des autres vignobles allemands où le négoce et surtout la coopération sont omniprésents. Le Rheingau a aussi le mérite d’être une région où le vignoble est la seule culture, très homogène. C’est aussi le seul endroit où le Rhin change de direction, passant de l’ouest vers l’est, au lieu de son habituel tracé nord-sud. Cela influence tout particulièrement le Rheingau, et spécialement les beaux vignobles du versant sud protégés au nord des influences froides par les monts du Taunus, qui reçoivent alors une forte réverbération du rayons du soleil incidents et réfléchis sur le fleuve.

    Historiquement, le Rheingau a toujours été une référence. En 1435, le Riesling est cité pour la première fois par écrit dans la région de Hochheim. Déjà, le grand intérêt de la cour des archevêques de Mayenne ces vins, sur le plan fiscal mais aussi pour le plaisir, a forcé l’achèvement de la culture viticole au Moyen Age. Les monastères y ont joué un rôle considérable, comme l’Abbaye des bénédictins de Johannisberg (fondé en 1100) et le monastère cistercien d’Eberbach (établi en 1136). La plupart des classifications vinicoles allemandes ont également leur origine ici. Pour exemples, les vins classés Spätlese ou Auslese sont nés dans la région grâce à la volonté déterminée du vigneron indépendant d’obtenir la qualité optimale pour chaque millésime, adaptant ainsi le style de vins aux caprices de la nature.

    Objectivement, on peut penser que le Riesling (Rheinriesling, svp), qui trouve sa quintessence ici, est aussi né dans le Rheingau. Le hasard n’a rien à voir avec le fait que ce cépage s’accorde à merveille avec ces sols si variés, s’adaptant extraordinairement bien à chacun, et donnant chaque fois un vin où s’harmonise le sucre, l’acidité et l’extrait sec, très typé, nuancé, racé, qui montre sa différence dans le temps, au cours de son évolution. Il est indéniable que la période végétative très longue due à la situation septentrionale de la région et les températures relativement élevées en fin de saison, favorisent la maturité tardive de ce cépage exceptionnel.

    Un seul Bereich, le Johannisberg, qui n’est pas un gage qualitatif et qu’il ne faut pas confondre avec les crus provenant du village du même nom, 14 Grosslagen et 16 Einzellagen couvrent le secteur du Rheingau. Les meilleurs vignobles, plus marqués par leurs origine communale que par les Grosslagen, partent de Hochheim, sur le Main, passent par Walluf, Rauenthal, Eltville, Erbach, Hattenheim, Hallgarten, Œstrich, Mittelheim, Winkel, Johannisberg, Geisenheim et Rüdesheim pour rejoindre la commune de Lorch.

    Une fois n’est pas coutume, c’est donc par les villages qu’une hiérarchie qualitative peut être mise en place. Ils méritent que vous y fassiez un détour, en profitant de leur ambiance chaleureuse et typiquement vinicole. L’atmosphère et la convivialité aidant, prévoyez des haltes, vous serez tentés de “lever le coude” facilement…

    Les meilleurs vignobles se situent près de Hochheim, et donnent des vins très fermes, corsés, moelleux, puissants au nez comme en bouche, d’excellente évolution. A Rauenthal, qui fait partie du Grossslage Steinmächer, vous découvrirez des vins plus tendres, mais possédant suffisamment de richesse dans les bons millésimes pour réserver des surprises au bout de quelques années. Eltville, sur les rives du fleuve, bénéficie du même Grosslage, et les vins de Riesling tiennent largement la comparaison. Tout proche, le Grosslage Deutersberg comprend les vignobles de Hattenheim (la commune est belle, et le cru Steinberger Riesling hors du commun, de grande garde) et ceux de la ville d’Erbach, plantés sur des sols principalement marneux, qui donnent des blancs secs et moelleux à la fois, corsés, épicés, tout en bouche.

    La commune d’Hallgarten produit des vins durs et fermes, très corsés, de lente évolution, provenant de vignobles perchés sur les coteaux les plus pentus regroupés sous le Grosslage Mehrhölzchen. En continuant, on arrive à Oestrich qui possède des hectares dans les Grosslagen Gottesthal et Mehrhözchen de nouveau, où le Riesling semble se plaire parfaitement. Après Oestrich, on est à Mittelheim qui regroupe deux très bons Grosslagen, Erntebringer et Honigberg, le premier produisant des vins plus fougueux, très riches, le second des vins où le fruit domine, que je préfère savourer dans leur jeunesse. La commune de Winkel suit et comprend deux des plus grands crus du Rhin : Schloss Vollrads bien sûr, dont la réputation est internationale, et Schloss Johannisberg (et le Hasensprung), qui atteint également les plus hautes sphères. Des vins superbes, très élégants, très aromatiques, racés et fins, tout en complexité.

    Poursuivant votre périple comme je l’ai fait, vous passerez par Geisenheim en excitant vos papilles sur les crus provenant du  Rothenberg, pour parvenir à Rüdesheim où les vins du Berg sont toujours remarquables, intenses au nez comme en bouche, gras et savoureux, d’excellente garde. Quelques-uns des plus grands vins du Rheingau proviennent de là.

  • Les vins d'Italie (nord-est)

    Pin it!

    venise.jpgLe Trentin et le Haut-Adige

    Douze DOC dans cette belle région chérie des skieurs qui pratiquait la viticulture bien avant que les Romains ne l’encourage. Ce sont les couvents et les évêchés qui firent de cette région leur source d’approvisionnement en vin, au temps de Charlemagne. Aujourd’hui, l’influence germanique est d’ailleurs toujours omniprésente, notamment dans la région du Haut-Adige, et cela se ressent tout naturellement dans le style de vins élaborés.

    La quantité prime quand même sur la qualité et presque les 2/3 de la production, sont des DOC, exportés pour la plupart en Suisse, en Autriche, et en Allemagne, ce qui semble parfaitement naturel. A noter que les vins du Trentin sont assez proches de ceux du Haut-Adige, issus pour la plupart des mêmes cépages, mais plus neutres et sans grand intérêt. Les coopératives sont puissantes, et tout le monde produit des blancs secs et mousseux.

    - Alto Adige
    Cette appellation générique couvre la fraction du Haut-Adige située dans la province septentrionale de Bolzano. Hormis l’Alto Adige Spumante, tous les vins sont des vins de cépage (s) et doivent comporter au moins 95% du cépage indiqué, contre 85% dans le reste du pays. Les rouges ne sont guère passionnants, malgré leurs noms flambeurs de Cabernet-Sauvignon, de Merlot ou de Pinot noir (Blauburgunder), ce dernier étant nettement supérieur en rosé (un comble). Pour l’anecdote, le Moscato rosa (Rosenmuskateller) et ses vins chauds et parfumés, demi-doux à moelleux, avec une forte acidité naturelle et une saveur prononcée de Muscat, bien agréable à constater. En blancs, aux côtés du bon Terlano (DOC), vous trouverez l’éternel Chardonnay, meilleur quand il est frizzante, presque spumante. Le Pinot bianc (Weissburgunder) est le plus répandu des cépages blancs, et c’est certainement lui qui donne les plus jolis vins de la région. Le seul Riesling digne de ce nom est celui du Rhin (renano). Je ne m’étends pas sur les qualités très moyennes du Müller-Thurgau, du Sauvignon ou du Sylvaner, et préfère vous faire découvrir un vin plus racé comme le Moscato Gialoo qui donne de délicieux vins de dessert.

    - Teroldego Rotaliano
    J’ai bien apprécié ce rouge provenant de la maison Zeni, issu du cépage Teroldego. Le vin est coloré, bouqueté, légèrement corsé, de bonne bouche.

    - Sant Maddalena
    Issu du cépage Schiva, un vin rouge franc, fruité et rond, sans prétention, à boire frais en regardant les collines qui vous feront penser au Tyrol voisin.

     

     


    Le premier magazine Webvin

    ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT
    L'actualité du vin chaque semaine par e-mail

    E-Mail :

     

    La Vénétie

    Dès le XVe siècle, Venise était le premier négociant de vins de la grande Europe. Les riches marchands vénitiens exportaient en effet les vins grecs et les vins de Vérone ou de Padoue. Les vins de Vénétie sont issus aujourd’hui des cépages plus ou moins hétéroclites Barbera, Merlot, Pinot noir, Cabernet-sauvignon pour les rouges et des Trebianno, Bianchetta, Malvoisie, Pinot blanc ou Traminer. Les secteurs étant disparates, les vins le sont tout autant, blancs, rouges ou rosés, et proviennent des collines véronaises, des monts Berici, des collines Euganéennes, de Bregance et des rives du Piave : Valpolicella, Bardolino et Soave, avec une préférence pour le premier (mais si) qu’il est bien agréable de savourer un peu frais, dans sa jeunesse, même si j’ai eu l’occasion d’être surpris par quelques bouteilles de 8 et 10 ans, qui sont surtout des exceptions. Si je ne vous conseille pas de nombreux vins, c’est qu’ils sont,  soit issus d’assemblage, soit des vins de purs cépages pour le moins peu typés (Cabernet, Merlot…), provenant surtout du secteur de Trente et de Trévise (Colli, Piave…).  Cinq appellations, d’ouest en est, sortent du lot.

    - Bardolino
    De bons vins rouges légers (et rosés comme le Chiaretto) proviennent de cette région du lac de Garde, et sont à apprécier simplement pour leur fruité et leur nervosité en bouche, jeunes et frais.

    - Valpolicella
    C’est le vin de prédilection des alentours de Vérone, issu des cépages Rondinella, Corvana et Molinara, que l’on ne se gêne pas pour rendre très productif. Passons. Un bon Valpolicella n’est pas élaboré pour faire de l’esprit mais pour faciliter le dialogue entre amis. Essayez le Recioto della Valpolicella, un vin rouge étrange issu de raisins passiti, très alcoolisé, aux nuances aromatiques intenses, qui peut rappeler un VDN, voire, de loin, un Porto.

    - Bianco di Custoza
    Peu connu et produit au sud de Vérone, ce joli blanc, à la fois sec et rond, qui sent les fleurs fraîches, est un vin très attirant, dont certaines bouteilles sont surprenantes qualitativement.

    - Soave
    Il y a de tout dans cette appellation, des plus simples des blancs, vraiment insignifiants, à des crus plus denses, parfumés, aux notes d’amande et de fleurs, onctueux en bouche comme le Recioto di Soave, de bonne évolution.

    - Bregance
    Un bon Bregance blanc, notamment le Prazti di Canzio, est un vin tout à fait particulier, très parfumé, fin et suave, très agréable à découvrir sur un poisson de lac. Le rouge peut être excellent, puissant et corsé, aux tannins fermes.

     

    Le Frioul et la Vénétie Julienne

    S’étendant à l’extrême est du nord de l’Italie, de la frontière autrichienne jusqu’à Trieste, la région produit surtout des vins issus de vinifications plus modernes que typiques des cépages que l’on croit à tort et à travers “améliorateurs” comme le Chardonnay ou le Merlot.

    Terre de conquête, le Frioul cultive la vigne dans la zone abritée des collines, protégée par les Alpes du vent froid qui sévit sur les plaines et les vallées. Avec 118 typologies différentes (ouf !), 8 vins du Frioul ont obtenu la DOC. Comme en Vénétie, les vins de cépages “français” vont donc bon train dans les appellations Aquilea, Atisana, Izonzo… et ne présentent pas plus d’intérêt, sur le plan de la typicité et de l’originalité d’un pays, qu’un Chardonnay de l’Ardèche ou qu’un Bordeaux nouveau.

    - Grave del Friuli
    C’est la plus grande appellation de la région, qui s’étend de Pordenone à l’ouest à Cormons à l’est, où vous ne trouverez pratiquement que des vins de cépages qui ne vous dépayseront pas (Merlot, Pinot noir, Chardonnay, Sauvignon… il ne manque plus que la Syrah ou la Marsanne). Préférez quand même les vins qui proviennent des Refosco, Tocai , Pinot grigio ou Verduzzo.

    - Colli Orientali del Friuli
    Aux côtés du Pinot Grigio et du Tocai, qui font d’excellents vins dans ce secteur, deux cépages blancs valent le détour : le Verduzzo, vinifié surtout en demi-sec, ample et bouqueté, vraiment très réussi, et le Picolit, un raisin difficile à cultiver (et un vin difficile à trouver, 400 hl par an) qui produisait un vin déjà apprécié au XVIIIe siècle, issu des collines de la province d’Udine.

    - Carso
    Près de Trieste, le Terrano del Carso est un rouge très typé, parfois austère, intense et concentré (c’est l’influence du  cépage Terrano), qu’il faut savoir   attendre.

     

    Lire la suite : Toscane...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu