Avertir le modérateur

  • Les Premiers Grands Vins Classés du Rhône

    Pin it!

    Voilà un autre bel exemple de la race des terroirs, non ? Prenez Châteauneuf-du-Pape où le terroir se caractérise principalement par un sol extrêmement ingrat composé de gros galets roulés, amoncelés autrefois par le glacier du Rhône, qui fournissent à la vigne des conditions exceptionnelles de maturation en lui renvoyant pendant la nuit l’intense chaleur qu’ils ont emmagasinée pendant le jour. Les vins blancs offrent un bouquet floral duquel s’échappent des parfums de fleur de vigne, de lis ou de narcisse. Les rouges sont de couleur intense, puissants, de garde, et n’ont pas besoin d’artifices œnologiques pour être au sommet.

    Mais la richesse de la région, ce sont aussi les appellations moins connues qui bénéficient d’un rapport qualité-prix-typicité formidable : Rasteau, Beaumes-de-Venise, Visan, Vinsobres, Cairanne...

    Pour les millésimes, si le 2008 devrait tenir toutes ses promesses, le 2007 est remarquable ici, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2002 a été très difficile à maîtriser, et le 2004 très classique, très réussi. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 1998, 1995 ou 1990.

    - Les grands : 2009, 2008, 2005, 2004, 2003 et 2001, 2000, 1998, 1996, 1995, 1989, 1988, 1985, 1983, 1978, 1970, 1967 et 1961.

    - Les bons : 2007, 2006, 1999, 1997, 1994, 1990, 1986, 1982, 1981.

    Guide des vins
    Vinovox

    CLASSEMENT VALLEE DU RHONE

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en VERT)

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CHATEAUNEUF-DU-PAPE
    MONT-REDON (BI)
    Famille QUIOT (BI)
    FORTIA (BI)
    MATHIEU (BI)
    JULIETTE AVRIL
    JAS DES PAPES
    ARNESQUE
    Domaines MOUSSET
    GIGONDAS
    VACQUEYRAS
    COTES-DU-VENTOUX

    CHAMP-LONG (CV)
    VERQUIÈRE (Va)
    ARNOUX (Va)
    DEURRE (Vi)
    MOULIN (Vi)
    PESQUIER
    TARA (Ve)
    TOUR des GENÊTS (Ve)
    HERMITAGE
    CÔTE-RÔTIE
    LIRAC/TAVEL COST.NÎMES
    DREVON (CR)
    COUDOULIS (L)
    LEVET (CR)
    MONTREDON (L)
    Domaine JABOULET (CH)
    MONTEILLET (CR)
    SAINT-JOSEPH
    CORNAS/CONDRIEU
    COTES-DU-LUBERON
    CANORGUE (CL)
    NIÉRO (Co)
    CHÂTEAU VIEUX (SJ)
    FONTVERT (CL)
    MICHELAS SAINT-JEMMS (C)
    MONTINE (CT)
    André PERRET (SJ)
    PUY DES ARTS (CL)
    COTES-DU-RHONE
    DIVERS

    CAVE DE RASTEAU
    REDORTIER
    CAVE DE VISAN
    ALARY (BI)
    BEAUVALCINTE
    MOULIN POURPRÉ
    L'OBRIEU
    CROIX BLANCHE
    GRAND BOIS
    PARANDOU
    TROIS COLOMBES les RAMEAUX (CN)
    Cave SAINTE-CÈCILE

    Millesimes
    Vins du Siècle

  • Coups de cœurs en Coteaux du Languedoc

    Pin it!

    L’appellation (depuis 1985) s’étend sur 9 700 ha le long du littoral méditerranéen de Narbonne à l’ouest aux confins de la Camargue à l’est et s’appuie aux contreforts de la montagne Noire et des Cévennes. Faugères, Saint-Chinian et Clairette du Languedoc sont reconnus comme cru, avec leur décret spécifique. La géologie est constituée surtout de calcaire dur des garrigues et de sols schisteux, mais aussi de graves calcaires apportées par d’anciens bras du Rhône. Cépages principaux pour le rouge et le rosé : Grenache, Syrah et Mourvèdre (50 % minimum) aux côtés du Cinsault et du Carignan. Pour le Pic Saint-Loup : Syrah, Grenache, Mourvèdre (90 % minimum). Pour la Clape : Syrah, Grenache, Mourvèdre (70 % minimum). Pour le blanc : Grenache, Clairette, Bourboulenc, Picpoul, Roussane, Marsanne et Rolle. Pour le Picpoul de Pinet : 100 % Picpoul.

    Château d'ANGLÈS

    Château d'ANGLÈS

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    Éric Fabre
    Rivière Le Haut
    11560 Fleury-d’Aude
    Téléphone :04 68 33 61 33
    Télécopie : 04 68 33 90 32
    Email : info@chateaudangles.com
    Site : www.chateaudangles.com

    Vignoble de 35 ha de vignes, adhérent Terra Vitis. Le domaine a éliminé tous les insecticides à partir de 2009, et reçu sa certification au titre de l'Agriculture raisonnée. Excellent Coteaux-du-Languedoc rouge Terroir de La Clape 2006, de couleur profonde, typé, au nez de fruits rouges très mûrs et d'épices, un vin de bouche pleine et riche, associant puissance et finesse. Le Coteaux-du-Languedoc rosé est tout en arômes, un vin frais, équilibré, qui sent la groseille et les agrumes, de bouche charmeuse (35 médailles d'Or depuis 2002). Excellent Coteaux-du-Languedoc blanc Terroir de La Clape 2006 (6 mois sur lies fines en barriques, avec bâtonnages), aux notes de fruits jaunes mûrs et de noix, d'une belle finale, de bouche riche, fine et persistante.

    Château La CLOTTE-FONTANE

    Château La CLOTTE-FONTANE

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    Mr Pagès
    Route de Lecques
    30250 Salinelles
    Téléphone :04 66 80 06 09 et 06 77 79 07 99
    Télécopie : 04 66 80 42 60
    Email : clotte@club-internet.fr
    Site : www.clotte-fontane.fr.st

    Un domaine de 130 ha. Au sommet avec ce Coteaux-du-Languedoc rouge Mouton La Clotte 2007 marqué par ses cépages Syrah et Grenache sur plateau argilo-calcaire, bien élevé 12 mois en fûts, riche et généreux, coloré et bouqueté, avec ses notes de cerise confite et d'humus, et cette bouche chaleureuse et puissante). Le Coteaux-du-Languedoc cuvée Crémailh 2006 (cuvaison longue, plus de 4 semaines, élevage 12 mois en fûts) est classique, de robe profonde, parfumé (fruits frais, humus...), finement épicé au palais, à servir avec une pintade aux pommes. Très charmeur Coteaux-du-Languedoc Terres de Sommières rosé cuvée Louise 2008, vendanges matinales, saignée après quelques heures à peine de macération pour préserver le fruit et la fraîcheur, avec ce nez de fraise, un vin vif, friand et fruité. Agréable vin de Pays d'Oc cuvée Bathilde, pur Chardonnay, macération pelliculaire et pressurage direct, vinification en fûts, rond, bouqueté avec des notes de noisette, de bouche souple et fraîche à la fois, sur une finale finement boisée.

    Domaine la CROIX CHAPTAL

    Domaine la CROIX CHAPTAL

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    Pacaud Chaptal Earl
    Hameau de Cambous
    34725 Saint-André-de-Sangonis
    Téléphone :04 67 16 09 36
    Télécopie : 04 67 16 09 36
    Email : lacroixchaptal@wanadoo.fr
    Site : www.lacroixchaptal.com

    Un domaine de 25 ha de vignes et 10 ha de bois. Beau Coteaux-du-Languedoc cuvée Déodat de Sèverat 2006, Syrah à très faible rendement, avec une touche de Grenache et de Carignan. Chaque année une ou plusieurs parcelles sont travaillées de manière encore plus poussée avec de faibles rendements 17 à 25 hl/ha. Savoureux Coteaux-du-Languedoc Les Sigillées blanc 2008, où s'entremêlent des notes de pomme mûre et de bruyère, un vin très bien équilibré et ample, un joli vin, très agréable comme la Clairette-du-Languedoc Vieilles vignes 2007 (Clairette blanche, élevage pour 30 % en fûts neufs et pour 70 % en cuves sur lies), où se dégagent des connotations d'agrumes mûrs et de narcisse, suave et vif à la fois. Le Coteaux-du-Languedoc Terrasses du Larzac cuvée Charles 2007 (1/3 environ des 3 cépages Grenache, Syrah et Carignan sur des sols de galets roulés et de graves avec quelques argiles rouges, des vendanges manuelles, aux tanins enrobés, charnu comme il se doit, riche et classique, parfumé (fruits rouges à noyau, cannelle, humus...), légèrement poivré, d'évolution lente.

    L'ESTABEL CABRIÈRES

    L'ESTABEL CABRIÈRES

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)


    34800 Cabrières
    Téléphone :04 67 88 91 60
    Télécopie : 04 67 88 00 15
    Email : sca.cabrieres@wanadoo.fr
    Site : www.cabrieres.com

    Excellent Coteaux-du-Languedoc Cabrières rouge cuvée Fulgrand Cabanon 2006, aux arômes de réglisse et de cerise mûre, d'une belle base tannique, un vin qui allie charpente et souplesse, de bouche savoureuse. Très agréable Clairette-du-Languedoc Cabrières blanc Prestige 2008, typé, au nez fin où l'on retrouve des notes de fleurs blanches et de noisette, de bouche souple. Le Coteaux-du-Languedoc Cabrières rouge cuvée Prestige 2007, élevé en fûts de chêne, est corsé, aux notes de sous-bois, d'épices et de mûre, alliant charpente et souplesse en bouche. Le Coteaux-du-Languedoc Cabrières rosé cuvée Fulgrand Cabanon 2008, tout en fruité, de bouche à la fois vive et souple. Le Château Cabrières 2005, élevé en fûts de chêne, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau, est un vin bien équilibré, aux tanins structurés, de bouche riche.

    Domaine de FAMILONGUE

    Domaine de FAMILONGUE

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    Martine et Jean-luc Quinquarlet
    3, rue Familongue
    34150 Saint-André-de-Sangonis
    Téléphone :04 67 57 59 71 et 06 10 29 52 18
    Télécopie : 04 67 57 26 32
    Email : contact@domainedefamilongue.fr
    Site : www.domainedefamilongue.fr

    Domaine de 28 ha de vignes, lutte raisonnée, aucun engrais chimique ni désherbant. Cela donne ce Coteaux-du-Languedoc L'Âme de Familongue 2007, de belle intensité, aux arômes prononcés de framboise, de griotte et d'épices, d'une belle structure, ample et volumineux. Le Coteaux-du-Languedoc Mas de Vignals rouge 2008, où dominent les épices et les fruits surmûris, au nez puissant, est corsé, aux tanins riches. Goûtez le Vin de Pays Mont Baudile Mas des Vignals rouge 2007, pur Cinsault, vendanges manuelles avec tri sur souche, parfumé (fruits frais, humus...), légèrement épicé en finale, un Vin puissant et très structuré, coloré, de bonne évolution. Le Coteaux-du-Languedoc rouge Les 3 Naissances 2006 est fort bien élevé, il développe au nez des notes de sous-bois et de griotte, associant finesse et charpente, aux tanins soyeux, de bonne évolution. Joli rosé 2008, de bouche distinguée où dominent les fruits frais, très savoureux. Il y a encore L'Envol de Familongue rouge 2006, prix d'Excellence aux Vinalies, ferme, au nez de fruits rouges cuits, de truffe et d'humus, très charpenté, d'une jolie finale, et L'Envol de Familongue blanc 2009, dominé par des notes de fruits blancs et de pain grillé.

    Château des KARANTES

    Château des KARANTES

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    scea Domaine des Karantes
    Karantes le Haut
    11100 Narbonne
    Téléphone :04 68 43 61 70
    Télécopie : 04 68 32 14 58
    Email : chateaudeskarantes@karantes.com
    Site : www.karantes.com

    Un beau domaine de 190 ha (dont 44 de vigne) perché sur un petit vallon dominant la mer. On y élève soigneusement ce Coteaux-du-Languedoc La Clape rouge 2007 (Grenache, Mourvèdre et Syrah), agrémentée d'une très belle étiquette, aux senteurs de fruits rouges cuits et d'humus, alliant finesse et richesse, avec en bouche des nuances de fumé et de prune, aux tanins soyeux mais présents, bien classique. Plus dense, la cuvée Diamant 2006, de couleur pourpre intense, aux tanins amples et savoureux, légèrement épicé et très parfumé (mûre, fraise des bois...), est de structure riche, de garde. Très joli Coteaux-du-Languedoc blanc 2008, marqué par ses cépages typiques (Bourboulenc, Vermentino, Roussanne et Grenache blanc), de jolie teinte, où se mêlent des notes d'amande et d'abricot, de bouche délicate, d'une jolie persistance. Goûtez aussi Bergerie des Karantes rouge 2008, plus souple, parfait sur les terrines.

    Château MIRE-L'ÉTANG

    Château MIRE-L'ÉTANG

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    Pierre et Philippe Chamayrac
    Massif de la Clape
    11560 Fleury-d’Aude
    Téléphone :04 68 33 62 84
    Télécopie : 04 68 33 99 30
    Email : mireletang@wanadoo.fr
    Site : www.chateau-mire-letang.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Superbe Coteaux-du-Languedoc La Clape rouge Réserve du Château 2007 (60% Syrah et 20% Grenache, et 20% Mourvèdre, sur sol argilo-calcaire, élevage en fûts de chêne neufs durant 20 mois, cuvaison longue de 4 semaines), de bouche charnue, aux senteurs de cassis mûrs et d'épices douces, aux tanins savoureux, de garde. Remarquable Coteaux-du-Languedoc La Clape rouge cuvée des Ducs de Fleury 2007, (40 % Syrah, 40 % Grenache et 20 % Mourvèdre), cuvaison de 25 jours, fermentation et cuvaison séparées pour chaque cépage, élevage 12 mois en fûts de chêne dont 30% de neufs, médaille d'Or au Concours de Paris 2009, de robe grenat profond, aux accents prononcés de petits fruits noirs mûrs, gras, avec des notes de garrigue, de poivre et un vin corsé et bien épicé, de garde. Le Coteaux-du-Languedoc La Clape blanc cuvée Aimée de Coigny 2009, issu de Roussane, Grenache blanc et Bourboulenc (ou Malvoisie), médaille de Bronze au Concours agricole à Paris 2009, est finement bouqueté avec des notes de noisette et de fruits blancs, d'un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le fruité. Séduisant Coteaux-du-Languedoc La Clape Gris 2009 (Syrah, Grenache noir et Cinsault, un rosé de saignée, 3 mois d'élevage sur lies fines) de belle couleur, de bouche fine, aux arômes de framboise, d'une finale savoureuse, médaille de Bronze Paris 2009 (bravo !).

    MAS DU NOVI

    MAS DU NOVI

    (COTEAUX-DU-LANGUEDOC)
    M. Palu et Jean-Philippe Madalle
    Route de Villeveyrac - Mas du Novi
    34530 Montagnac
    Téléphone :04 67 24 07 32
    Télécopie : 04 67 24 07 32
    Email : contact@masdunovi.com
    Site : www.masdunovi.com

    Un domaine de 100 ha. Beau Coteaux-du-Languedoc Mas du Novi Prestigi 2005, majorité de Syrah, élevé 12 mois en fûts de chêne, corsé et classique, au nez dominé par les petits fruits rouges (griotte) et une pointe d'épices, aux tanins très présents et agréablement fondus. Le Coteaux-du-Languedoc Novi 2005 (Syrah majoritaire, 20% Grenache, et 10% Mourvèdre), issu d'un élevage 12 mois en fûts de chêne neufs), aux connotations de cassis et de poivre, concentré, allie couleur et matière, d'une jolie finale épicée. La cuvée Lou Mazet 2007 est dans la lignée, ample et persistante. Goûtez le Mas du Novi Lou Caberlaud rouge 2006, de robe rouge teintée cerise noire, de bouche au volume harmonieux et aux tanins soyeux. Le Vin du Pays d'Oc Mas du Novi Chardonnay 2008, élevé sur lies 12 mois en barriques, est de belle robe paille, aux nuances de fruits mûrs et de rose, de bouche délicate.

  • Dix vins à prévoir pour vos fêtes !

    Pin it!

    Gaillac, Nuits-Saint-Georges, Saint-Emilion ou Champagne, des vins à prévoir pour vos fêtes.

    Les Producteurs Plaimont sont situés à Saint-Mont dans le Gers au cœur de la Gascogne. Un millier de vignerons se sont engagés à produire des raisins de qualité. Ils ont choisi de travailler sous la responsabilité de commissions de vendanges, de techniciens viticoles et d'œnologues qui prodiguent leurs conseils et ont instauré un cahier de production. Les vignerons respectent les traditions et vendangent à la main et n'hésitant pas à faire des vendanges "en vert" pour que la vigne nourrisse au mieux les grappes restantes. Les Producteurs Plaimont possèdent des chais climatisés qui contiennent 3500 fûts de chêne. La gamme est complète : Saint Mont (VDQS) rouge, blanc et rosé, Sélections de Terroirs Les Hauts de Bergelle, les Vignes Retrouvées, le Faîte. Domaines et Châteaux de Saint Mont : Château de la Roque, de Sabazan, Monastère de St Mont; Madiran (AOC), Plénitude et Maestria. La Mothe Peyran est une sélection de cuvées élevée en fûts de chêne et Arte Benedicte, issu de vieilles vignes, une sélection des meilleurs terroirs, élevée en fûts de chêne. Autres vins : le Pacherenc du Vic-Bilh (AOC) Mœlleux, issu de vendanges par tries successives de raisins surmûris, une véritable gourmandise gasconne, Collection Plaimont et Saint-Albert. Le Pacherenc du Vic-Bilh Saint-Sylvestre est un vin d'exception issu d'une cueillette de la 5e trie (31 décembre). À goûter aussi : le Vin de Pays des Côtes de Gascogne blanc Colombelle Plaimont et Caprice de Colombelle.

    Le vignoble de Côte-Rôtie s'étend sur trois communes : Saint-Cyr-sur-Rhône, Ampuis, Tupin-et-Semons, sur la rive droite du Rhône dans le département du Rhône, sur des terrasses granitiques très escarpées couvertes d'une couche silico-calcaire en Côte blonde, d'argile et oxyde de fer en Côte brune. Le climat est continental modéré, sec et chaud l'été, avec des pluies régulières les autres saisons. Environ 200 ha de vignobles en gradins sur des pentes de 40%, et divisé entre : la Côte brune (sol argileux de couleur plus foncée) donnant des vins rouges très fermes de lente évolution et de grande longévité (Vaillères, Côte Rosier, Turque, Pommière, Chevalière, Côte Boudin); la Côte blonde (sol plus léger) donnant des vins plus souples (La Mouline, Châtillonne, Grande Plantée, Grands Cols). Dans ce domaine de 7 ha, on savoure ce très beau Côte-Rôtie (les millésimes 97 et 99 ont reçu une médaille d'Or à Paris), issu de cuvaison longue puis élevé au minimum 15 mois en fûts de chêne, de belle couleur grenat profond, aux connotations d'épices, de fruits rouges mûrs et de violette, très typé, un grand vin très harmonieux, de garde par excellence, qui mérite votre patience.

    DOMAINE GLANTENET PERE ET FILS
    HAUTES-COTES-DE-NUITS
    Notre famille est installée en Bourgogne depuis le 15ème siècle et le Domaine viticole remonte au 18ème siècle. Aujourd'hui, Jean-François GLANTENET en charge de l'exploitation, s'occupe de 25 hectares, répartis sur cinq communes. Le Domaine vinifie traditionnellement ses vins depuis 1997, année de la première mise en bouteilles. Le Domaine produit environ 30 000 bouteilles par an. Les vins sont vendus : au Caveau, au travers des différents salons et manifestations où nous sommes présents tout au cours de l'année. Epaulé par Valérie et entouré de son équipe sur le terrain, avec Sylvie qui l'assiste au Bureau, Jean-François conduit l'exploitation familiale de façon traditionnelle dans le respect du terroir. Dans un souci environnemental, les vignes sont conduites en "lutte raisonnée", avec une délimitation de parcelles sélectionnées, comme par exemple les vieilles vignes. Chaque année, la vigne suit son cycle végétatif : de la taille, aux brûlages de ses sarments, à son évasivage (préserver seulement les meilleurs raisins) pour arriver à la cueillette des grappes dans le pur respect des traditions et donner aux vins des Hautes-Côtes le caractère des grands Bourgognes. Le domaine vous propose : le Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits rouge 2005, Burgondia d’Or 2007 et médaille d’Argent Paris 2007, élevé en fûts de chêne, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées, aux tanins mûrs, tout en bouche comme ce Hautes-Côtes-de-Nuits blanc 2005, qui associe richesse aromatique et persistance, avec ces senteurs de fleurs et d’amande, le Côtes-de-Nuits-Villages Le Clos de Magny 2005, 15 mois d’élevage en fûts de chêne français, aux notes classiques de cassis et de sous-bois, aux tanins bien présents, est ferme et dense, tout en bouche, le Hautes Côtes-de-Beaune blanc 2006, Burgondia d’Or 2007, et le Bourgogne Aligoté Vieilles Vignes 2005, excellent avec des escargots.
    CHATEAU DES MAILLES
    SAINTE-CROIX-DU-MONT
    Le château appartient à la famille Larrieu depuis 1734, il est situé sur un coteau argilo-calcaire faisant face à la Garonne, et reposant sur d’énormes bancs d’huîtres fossiles. Bénéficiant ainsi d'une exposition plein sud, le vignoble s'étend sur une superficie de 28 hectares dont 23 sont consacrés aux vignes blanches et 5 aux vignes rouges. Le Sainte-Croix-du-Mont 2005 est de belle robe dorée, avec des arômes de fleurs blanches et de miel, une bouche onctueuse à la finale vive et dense, typé et riche, très parfumé, très persistant, qui associe finesse et richesse aromatique. Le 2003 est tout en subtilité d’arômes (fruits cuits, aubépine), d’une douce onctuosité, un vin à découvrir à l’apéritif ou sur un dessert, très abordable. Le 2002 est un vin persistant, aux nuances aromatiques complexes (rose, acacia, miel...), très équilibré, fondu en bouche, de belle garde comme ce remarquable 2001, onctueux à souhait, au nez complexe et puissant dominé par des notes de miel et d’abricot confit. Superbe cuvée Laurence 2005, de couleur dorée, au nez dominé par les fruits mûrs (poire) et les petits fruits secs, légèrement miellé, tout en suavité et finesse, de belle garde. Pour le plaisir, cette superbe cuvée Laurence 98, au nez riche dominé par des notes de fruits macérés, qui commence à se goûter parfaitement.

    CHEVILLON-CHEZEAUX
    NUITS-SAINT-GEORGES
    Ici, on est vignerons depuis 4 générations (9 ha de vignes). Les méthodes de travail et de vinification sont restées traditionnelles, avec des vendanges manuelles, une cuvaison longue et un élevage dans des fûts de chêne pendant 18 à 24 mois. Beau Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Saint-Georges, un vin coloré, au nez complexe avec des notes de fruits rouges mûrs et de réglisse, de jolie bouche, idéal sur un gibier. Excellent Nuits Les Porêts, alliant rondeur et puissance en bouche, complexe et subtil à la fois, riche et bien équilibré, d'excellente garde comme son Nuits Premier Cru Aux Champs Perdrix, très classique, bien charpenté, aux tanins fermes. Des millésimes plus anciens sont toujours disponibles. Remarquable rapport qualité prix typicité.

    CHAMPAGNE ANDRE DELAUNOIS
    RILLY-LA-MONTAGNE
    D’abord vigneron, l’arrière-grand-père Edmond choisit de devenir manipulant dans les années 1920. Sa fille Anne-Marie, puis son petit-fils André (qui fit d'importants travaux en bâtiments, cuverie, caves dans les années 1970) secondé aujourd’hui par, ses deux filles, ses gendres ont modernisé l'outil de travail (pressoir, foudres, carrelage …) et son petit-fils, perpétuent la tradition familiale. Ce Champagne cuvée du Fondateur, composé de vieux vins de réserve de Chardonnay est riche et complexe, frais et charpenté à la fois, tout en bouche, aux nuances où dominent la rose et le miel. La cuvée du 21e Siècle est intense et savoureuse, de mousse fine, de jolie robe dorée, de belle charpente, un Champagne complet et dense, parfait tout au cours du repas. La Dame Palmyre Blanc de noirs Millésime 2004, tout en charpente, complexe, d’une bonne rondeur et avec un bouquet aux connotations de fruits mûrs et de pain grillé, de jolie mousse, est un Champagne généreux. Belle cuvée Sublime (30% Pinot noir, 30% Pinot Meunier, 15% Chardonnay, 25% de vins de réserve), qui porte bien son nom, un Champagne de robe or clair, alliant finesse et structure, aux connotations de fleurs d’acacia, très équilibré, de bouche intense et savoureuse. Découvrez également cette nouvelle cuvée "Transparence"», présentée dans une bouteille transparente, issue d’un assemblage de vieilles vignes des Pinots noir et Meunier, et vieillie 3 ans en bouteille.
    CHATEAU CANTENAC
    SAINT-EMILION Grand Cru
    Nicole Roskam-brunot, après des études de droit et d'économie régionale à l'université de Bordeaux, a décidé de se consacrer entièrement à son vignoble et d'apporter les soins les plus attentifs à la vinification et au terroir en veillant que le sol dispose de tous les oligo-éléments nécessaire à sa prospérité. Les 12 hectares s'étendent dans le prolongement du coteau saint-émilionnais, dominant la vallée de la Dordogne. Il est composé de 75% de Merlot noir et de 20% de Cabernet-Sauvignon. Le terrain sablo-graveleux permet une excellente maturation du raisin. Le vin est très élégant, merveilleusement bouqueté et fruité, d'une belle complexité et longueur en bouche. Nicole Roskam-Brunot assistée de son fils ainé Frans Roskam, maîtris eavec finesse l'élevage du vin en barriques. Il faut ajouter au Château Cantenac, le Château Moulin de Grenet, un Lussac-saint-Emilion très fruité qui bénificie d'une longue macération à froid et le Château Jean Melin à Saint-Emilion, et la superbe "Sélection Madame" : un vin souple, fruité, très charmeur. Autre nouveauté sur la propriété un rosé Sona, sensuel et fruité.

    Le domaine GELIN est une propriété familiale d'une douzaine d'hectares sur les communes de Fixin et Gevrey-Chambertin. La propriété créée en 1925 par Pierre Gelin est maintenant exploitée par Stéphen GELIN et son épouse secondés par leur fils Pierre-Emmanuel qui a intégré la société en septembre 2000. Types de vins : Bourgogne Passetoutgrain, Bourgogne aligoté, bourgogne rouge, Fixin 1ers crus Les Hervelets, Les Arvelets et le Clos Napoléon (Monopole), Gevrey Chambertin "Clos de Meixvelles" (monopole), Gevrey Chambertin 1er cru Clos Prieur et Chambertin Clos de Bèze. Les méthodes de culture sont traditionnelles, les rendements limités et les vendanges manuelles. Après un élevage en fûts de chêne de 22/24 mois, les vins sont mis en bouteilles à la propriété. Le Fixin Premier Cru Clos Napoléon 2004 est charnu, puissant, aux tanins très structurés, au nez dominé par le cassis mûr, la violette et l’humus, de bouche épicée et persistante, un vin qui possède des tanins puissants et très fins à la fois, d’un grand équilibre, de garde. Le 2004 suit, avec ces connotations subtiles de griotte et d’humus, qui associe puissance et distinction en bouche, bien élevé, aux tanins présents et souples à la fois, à déboucher sur une cuisine bien relevée comme un navarin d’agneau. Typé, le Chambertin Clos de Bézé Grand Cru 2003 est parfumé (notes de myrtille et de sous-bois), classique, un vin qui associe couleur et matière, de bouche fondue et riche, de garde. Excellent Gevrey-Chambertin Premier Cru Clos Prieur 2005, de jolie robe grenat soutenu, au nez intense et subtil à la fois (groseille, cerise, humus), aux tanins soyeux comme ce Fixin Premier Cru Les Hervelets 2005, de couleur pourpre, au nez dominé par les fruits rouges à noyau, avec cette finale épicée très spécifique, un vin de bouche dense.

    Un domaine de 26 ha fondé en 1870 par la famille Cheysson. Le Chiroubles est un cru qui doit rester gourmand avec beaucoup de fruit sans dureté dans les tanins. C'est un vin plaisir, synonyme de fruité et de fraîcheur. 2005 est une année de très belle qualité, puissante. 2006 et 2007 sont des années similaires de fruit et de légèreté, bien typés Chiroubles. 2008 est une très belle année, avec des arômes de fruits croquant et une belle matière sans dureté. Le domaine vous propose ce Chiroubles cuvée Prestige 2006, issu d’un secteur spécifique de l’exploitation (Les Roches) où l’on trouve des morceaux de granit, ce qui lui donne cette spécificité propre (vignes de plus de 60 ans et élevage durant 12 mois en fûts de chêne), un vin de bouche puissante, alliant souplesse et structure, aux nuances de fruits noirs et d’épices, charnu et bien classique. Le 2005 est corsé, tout en bouche, de charpente à la fois puissante et souple. Le Chiroubles cuvée Traditionnelle 2008, issu en majorité de vignes de coteaux plantées sur un sol granitique caractéristique, très parfumé (cerise, fraise) gourmand et long en bouche avec un final de fruits rouges, est très agréable, de couleur prononcée, aux tanins mûrs, bien corsé, avec ce nez de fruits surmûris et d’humus, de bonne bouche, à la fois dense et soyeux. Les vins collectionnent les récompenses.
    Le Domaine de Pialentou est situé sur les terrasses de la rive gauche du Tarn, à Brens, à deux pas de la charmante Cité Renaissance de Gaillac. Sur ces coteaux de galets, graves et boulbènes, exceptionnellement bien exposés, ses vignes jouissent d'un ensoleillement abondant et généreux. Depuis octobre 1998, le Domaine est la propriété de Jean et Kai Gervais. Après un important programme de modernisation, et avoir obtenu la Certification Qualenvi des Vignerons Indépendants en 2002, le Domaine a demandé en 2007 sa reconversion en Bio. On y goûte par exemple ce remarquable Gaillac Les Gentilles Pierres rouge, de robe grenat brillant, très fruité, très parfumé (mûre, épices, humus...), aux tanins très équilibrés, riche et souple, tout en bouche, le Gaillac Les Gentilles Pierres blanc sec (Sauvignon), rond et franc, au nez de fleurs et de fruits frais, très agréable, tout en finesse, de bouche persistante, un vin d'une belle harmonie en bouche comme cet autre Gaillac blanc, pur Mauzac, très bien élevé en barriques. Très agréable rosé, à la fois sec et friand, agréable à boire bien frais. Exceptionnel rapport qualité prix typicité.
  • Le Champagne, comment c'est fait ?

    Pin it!

     

    64-2.jpgL’existence de la vigne en Champagne remonte aux temps les plus anciens;

    Le climat champenois

     

    Hivers assez doux, printemps incertains, étés chauds, automnes relativement beaux. Cependant une influence septentrionale et continentale s’exerce déjà, dont l’âpreté et la rigueur sont adoucies par celles des effluves maritimes provenant de la Normandie, de la Picardie et de l’Île-de-France voisines. La température moyenne annuelle est de 10 °C. Les forêts et les bois qui couvrent les plateaux environnants entretiennent une certaine humidité et tendent à stabiliser les températures. C’est un rôle modérateur essentiel car la vigne doit sa vigueur à cette humidité constante. Le vignoble est planté à une altitude qui varie entre 130 et 180 mètres, ce qui la préserve dans une certaine mesure des gelées de printemps associées aux brumes matinales qui s’attardent dans les vallées.

    Le sol

     

    Le vignoble champenois est établi sur le calcaire. Les grands crus reposent, en général à mi-coteau, sur une mince couche d’éboulis provenant des pentes tertiaires, où affleure la craie du crétacé supérieur avec ses fossiles caractéristiques (bélemnites), en un bloc atteignant 200 m d’épaisseur et parfois davantage. Cette assise est recouverte par une couche de terre meuble et fertile, d’une épaisseur variant entre 20 et 50 cm. La craie en sous-sol assure un drainage parfait permettant l’infiltration des eaux en excès, tout en conservant au sol une humidité suffisante. De plus, elle a la faculté d’emmagasiner et de restituer la chaleur solaire, jouant ainsi un rôle régulateur extrêmement bénéfique à la maturité, complémentaire de l’action stabilisatrice des bois et forêts déjà notée. C’est enfin à la craie, avant tout, que les vins de Champagne doivent leur finesse et leur légèreté. Sur les coteaux orientés au midi ou au sud-est qui l’abritent de leurs épaulements, la vigne prospère, protégée des vents du nord, généreusement offerte au soleil. La lumière, d’une exceptionnelle intensité, est réverbérée par cette terre claire qui réfléchit la chaleur du soleil : les grappes mûrissent entre les rayons et leurs reflets.

    La culture

     

    Au sein d’une zone délimitée par la loi française du 27 juillet 1927 (35 000 ha d’appellation dont seulement 31 000 plantés en 1995), les plantations nouvelles comme les replantations sont réglementées : le droit de plantation nouvelle résulte d’une autorisation ministérielle accordée très parcimonieusement ; le droit de replantation nécessite d’avoir préalablement arraché, à l’intérieur d’une même exploitation, une vigne d’une surface égale.

    Au sein d’une même commune ayant droit à l’appellation Champagne, les plantations ne peuvent s’effectuer que dans les parcelles expressément délimitées et non pas sur tout le territoire de la commune comme tel est le cas dans la plupart des autres régions vinicoles.

    Une réglementation des plantations favorise une meilleure maturité du raisin et donc une amélioration de la qualité : un écartement inférieur ou égal à 1,50 m entre les rangs de vigne ; une distance de 0,90 m à 1,50 m entre les pieds de vigne d’un même rang ; la somme des écartements et des distances doit être inférieure à 2,50 m. Ces dispositions ont pour but de limiter la vigueur de chaque pied ainsi que sa charge, de sorte que la récolte totale soit répartie sur un plus grand nombre de souches. Une hauteur maximale, par rapport au sol, des bourgeons situés à l’extrémité des prolongements et ce, en fonction du système de taille adopté : taille courte en Chablis et en Cordon : 0,60 m ; taille Guyot et taille de la vallée de la Marne : 0,50 m. Ces dispositions ont pour but de maintenir les raisins assez près du sol pour favoriser leur maturation grâce aux effets bénéfiques de la craie belemnite (rétrocession de la chaleur et de l’humidité emmagasinées).

    Une réglementation de la taille qui doit être courte et en fonction du terroir et du cépage :

    - La taille Guyot et la taille vallée de la Marne sont interdites pour les grands crus (100 %) et les premiers crus (99 à 90 %) ; seules les tailles en Chablis et en Cordon de Royat sont admises pour ces crus car elles donnent des raisins de plus grande qualité.

    - La taille du Chardonnay et du Pinot noir doit être impérativement effectuée en Chablis, Cordon de Royat ou Guyot. La taille de la vallée de la Marne est seulement autorisée pour le Pinot meunier.

    La méthode champenoise

     

    La méthode de la prise de mousse est rattachée généralement au nom de Dom Pérignon, génie gustatif du xviiie siècle, qui réalisa les premiers vins “tumultueux”, emprisonnés dans les bouteilles épaisses, aptes à résister à des pressions de quelque 6 kg. Elle consiste à additionner au vin tranquille obtenu après de subtils coupages et assemblages une liqueur de tirage dont la dose de sucre est définie selon le type de produit que l’on désire, et d’un levain de levures sélectionnées. Le vin est immédiatement embouteillé et mis en cave à une température de 10 à 12 °C. Une seconde fermentation alcoolique va s’effectuer. Elle durera des mois, et maintiendra le gaz carbonique sous pression dans les bouteilles qui sont alors posées sur des “pupitres” qui permettent de varier à l’infini la position des bouteilles. C’est l’opération de remuage qui consiste à incliner et à tourner les bouteilles. Certains spécialistes “manipulaient” 30 000 à 40 000 bouteilles par jour (aujourd’hui, ce sont surtout des gyropalettes automatiques qui le font) ! Quand le dépôt est rassemblé vers le goulot, il est expulsé à basse température. À la place des centilitres de liquide dégorgés (de 4 à 8), on rajoute une liqueur de complément, la liqueur d’expédition, constituée de vins vieux et de sucre dont la dose varie selon le type de mousseux recherché : brut, sec… Cette vinification ne ressemble à aucune autre puisque les opérations de coupage et de chaptalisation sont les déterminants d’une production de qualité.

    La liqueur de tirage

     

    La dose de la liqueur de tirage varie selon le type de “vin de mousse” recherché. Liqueur de tirage : il faut 4 g/l de sucre pour faire 1 kg de pression durant la seconde fermentation.

    - Pour un Champagne : 6 kg de pression, ou 6 “atmosphères”, soit 24 g/l de sucre.

    - Pour les autres mousseux : 4 kg de pression, soit 16 g/l.

    - Pour les pétillants : de 1 à 2 kg de pression, soit de 4 à 8 g/l de sucre...

    LIRE LA SUITE


    Journal du Vin

     

  • Le Champagne, comment c'est fait ?

    Pin it!

     

    64-2.jpgL’existence de la vigne en Champagne remonte aux temps les plus anciens;

    Le climat champenois

     

    Hivers assez doux, printemps incertains, étés chauds, automnes relativement beaux. Cependant une influence septentrionale et continentale s’exerce déjà, dont l’âpreté et la rigueur sont adoucies par celles des effluves maritimes provenant de la Normandie, de la Picardie et de l’Île-de-France voisines. La température moyenne annuelle est de 10 °C. Les forêts et les bois qui couvrent les plateaux environnants entretiennent une certaine humidité et tendent à stabiliser les températures. C’est un rôle modérateur essentiel car la vigne doit sa vigueur à cette humidité constante. Le vignoble est planté à une altitude qui varie entre 130 et 180 mètres, ce qui la préserve dans une certaine mesure des gelées de printemps associées aux brumes matinales qui s’attardent dans les vallées.

    Le sol

     

    Le vignoble champenois est établi sur le calcaire. Les grands crus reposent, en général à mi-coteau, sur une mince couche d’éboulis provenant des pentes tertiaires, où affleure la craie du crétacé supérieur avec ses fossiles caractéristiques (bélemnites), en un bloc atteignant 200 m d’épaisseur et parfois davantage. Cette assise est recouverte par une couche de terre meuble et fertile, d’une épaisseur variant entre 20 et 50 cm. La craie en sous-sol assure un drainage parfait permettant l’infiltration des eaux en excès, tout en conservant au sol une humidité suffisante. De plus, elle a la faculté d’emmagasiner et de restituer la chaleur solaire, jouant ainsi un rôle régulateur extrêmement bénéfique à la maturité, complémentaire de l’action stabilisatrice des bois et forêts déjà notée. C’est enfin à la craie, avant tout, que les vins de Champagne doivent leur finesse et leur légèreté. Sur les coteaux orientés au midi ou au sud-est qui l’abritent de leurs épaulements, la vigne prospère, protégée des vents du nord, généreusement offerte au soleil. La lumière, d’une exceptionnelle intensité, est réverbérée par cette terre claire qui réfléchit la chaleur du soleil : les grappes mûrissent entre les rayons et leurs reflets.

    La culture

     

    Au sein d’une zone délimitée par la loi française du 27 juillet 1927 (35 000 ha d’appellation dont seulement 31 000 plantés en 1995), les plantations nouvelles comme les replantations sont réglementées : le droit de plantation nouvelle résulte d’une autorisation ministérielle accordée très parcimonieusement ; le droit de replantation nécessite d’avoir préalablement arraché, à l’intérieur d’une même exploitation, une vigne d’une surface égale.

    Au sein d’une même commune ayant droit à l’appellation Champagne, les plantations ne peuvent s’effectuer que dans les parcelles expressément délimitées et non pas sur tout le territoire de la commune comme tel est le cas dans la plupart des autres régions vinicoles.

    Une réglementation des plantations favorise une meilleure maturité du raisin et donc une amélioration de la qualité : un écartement inférieur ou égal à 1,50 m entre les rangs de vigne ; une distance de 0,90 m à 1,50 m entre les pieds de vigne d’un même rang ; la somme des écartements et des distances doit être inférieure à 2,50 m. Ces dispositions ont pour but de limiter la vigueur de chaque pied ainsi que sa charge, de sorte que la récolte totale soit répartie sur un plus grand nombre de souches. Une hauteur maximale, par rapport au sol, des bourgeons situés à l’extrémité des prolongements et ce, en fonction du système de taille adopté : taille courte en Chablis et en Cordon : 0,60 m ; taille Guyot et taille de la vallée de la Marne : 0,50 m. Ces dispositions ont pour but de maintenir les raisins assez près du sol pour favoriser leur maturation grâce aux effets bénéfiques de la craie belemnite (rétrocession de la chaleur et de l’humidité emmagasinées).

    Une réglementation de la taille qui doit être courte et en fonction du terroir et du cépage :

    - La taille Guyot et la taille vallée de la Marne sont interdites pour les grands crus (100 %) et les premiers crus (99 à 90 %) ; seules les tailles en Chablis et en Cordon de Royat sont admises pour ces crus car elles donnent des raisins de plus grande qualité.

    - La taille du Chardonnay et du Pinot noir doit être impérativement effectuée en Chablis, Cordon de Royat ou Guyot. La taille de la vallée de la Marne est seulement autorisée pour le Pinot meunier.

    La méthode champenoise

     

    La méthode de la prise de mousse est rattachée généralement au nom de Dom Pérignon, génie gustatif du xviiie siècle, qui réalisa les premiers vins “tumultueux”, emprisonnés dans les bouteilles épaisses, aptes à résister à des pressions de quelque 6 kg. Elle consiste à additionner au vin tranquille obtenu après de subtils coupages et assemblages une liqueur de tirage dont la dose de sucre est définie selon le type de produit que l’on désire, et d’un levain de levures sélectionnées. Le vin est immédiatement embouteillé et mis en cave à une température de 10 à 12 °C. Une seconde fermentation alcoolique va s’effectuer. Elle durera des mois, et maintiendra le gaz carbonique sous pression dans les bouteilles qui sont alors posées sur des “pupitres” qui permettent de varier à l’infini la position des bouteilles. C’est l’opération de remuage qui consiste à incliner et à tourner les bouteilles. Certains spécialistes “manipulaient” 30 000 à 40 000 bouteilles par jour (aujourd’hui, ce sont surtout des gyropalettes automatiques qui le font) ! Quand le dépôt est rassemblé vers le goulot, il est expulsé à basse température. À la place des centilitres de liquide dégorgés (de 4 à 8), on rajoute une liqueur de complément, la liqueur d’expédition, constituée de vins vieux et de sucre dont la dose varie selon le type de mousseux recherché : brut, sec… Cette vinification ne ressemble à aucune autre puisque les opérations de coupage et de chaptalisation sont les déterminants d’une production de qualité.

    La liqueur de tirage

     

    La dose de la liqueur de tirage varie selon le type de “vin de mousse” recherché. Liqueur de tirage : il faut 4 g/l de sucre pour faire 1 kg de pression durant la seconde fermentation.

    - Pour un Champagne : 6 kg de pression, ou 6 “atmosphères”, soit 24 g/l de sucre.

    - Pour les autres mousseux : 4 kg de pression, soit 16 g/l.

    - Pour les pétillants : de 1 à 2 kg de pression, soit de 4 à 8 g/l de sucre...

    LIRE LA SUITE


    Journal du Vin

     

  • Quand la Corse se met à table

    Pin it!

    La Corse ! Ce nom nous fait immanquablement penser à Napoléon… et au ciel limpide, aux grandes plages de sable fin, aux petites criques où il fait bon se prélasser. Cette région au patrimoine forestier important est le fief du gibier à plumes. Les sangliers et les mouflons vivent également dans ces grands espaces, sans oublier les oiseaux, essentiellement les merles avec lesquels on fabrique de succulents pâtés.

    Côté viandes, on trouve essentiellement des porcs, chèvres et cabris. La cuisine corse est riche en charcuterie. Tout d’abord le jambon : enduit de sel, conservé vingt à trente jours au saloir puis dessalé pendant 24 heures, il est ensuite recouvert de poivre et de piment avec une fumaison de deux jours et reste en réserve de longs mois avant d’être dégusté. Il existe également un dérivé du jambon, le « prisuttu », autrement dit des rouelles au salpêtre. Saucisses et saucissons tiennent une grande place dans la tradition culinaire corse, généralement relevés parce que roulés dans le poivre : « coppa », « lonzo » et « salamé » sont succulents. Les saucisses les plus connues sont la « figatella », sèche ou fumée, la »bologna », faite à base de joue de porc. Autres spécialités : le petit salé corse, le « mezzina », et le « ghialadicciu » –mélange de cœur, de langue et estomac de porc agrémenté d’ail et de piment–, la « panzetta » ou lard de poitrine, et les tripettes corses : « trippa-piena », « minusgelli », tripes de cabri ou d’agneau.

    Millesimes
    Millesimes

    La charcuterie corse compte aussi les terrines, les pâtés –de merle entre autres–, les salmis de gibier et la grande spécialité, la « migisca », lamelles de chèvre trempées dans du vinaigre, séchées au soleil, servies grillées ou pour accommoder un ragoût.

    Côté poissons, on retrouve en Corse tous les poissons méditerranéens, rouget, daurade, bar, sardine, raie, congre, rascasse, grondin, chinchard, maquereau, ainsi que les huîtres d’Urbino et de Diana. Tous ces poissons servent de base à de nombreuses soupes comme par exemple le « ziminu », plat voisin de la bouillabaisse. Autre spécialité, la soupe aux châtaignes qui voisine souvent avec celle aux pois chiches, aux fèves, au lard, aux légumes. Et, originale, la « cinarella », préparée avec des herbes.

    La Corse est à juste titre réputée pour ses fromages, surtout faits avec du lait de chèvre ou de brebis. Notons le « niolo » et l’ « asco » au goût piquant, la « calenzana », le « sarteno » dont la pâte ressemble à de la mozzarella, le bleu de Corse, le « brin d’amour » parfumé à la sarriette et au romarin, le brocciu, fromage doux de brebis, consommé sec, frais ou dans différentes soupes...

    LIRE LA SUITE

    Journal du Vin
    Dietetique


  • Pensez aux Chablis pour vos fêtes !

    Pin it!

    Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces Crus de Chablis, à déguster sur des Poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière.

     

    Domaine du CHARDONNAY

    Domaine du CHARDONNAY

    (CHABLIS)
    E.Boileau, W.Nahan et Ch.Simon
    Moulin du Pâtis
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 48 03
    Télécopie : 03 80 42 16 49
    Email : info@domaine-du-chardonnay.fr
    Site : www.domaine-du-chardonnay.fr

    Un vignoble de 36 ha. Très typé, le Chablis Premier Cru Montmains 2008, avec ses notes d'aubépine, est tout en bouche, gras et suave, un vin de jolie teinte, intense, parfumé, charmeur, très bien équilibré, d'une belle harmonie, savoureux comme ce Premier Cru Vaillons 2008, de très bonne minéralité, un millésime très structuré, avec des arômes d'agrumes, un vin très typé. Le Chablis Premier Cru Vosgros 2008, est de bouche pleine, avec des parfums très fins et rafraîchissants d'agrumes, de menthe, de miel, d'une belle persistance. Le Premier Cru Vaugiraut, fort bien élevé, est gras et complexe au nez comme en bouche, marqué par des nuances de pain grillé, de fruits blancs mûrs et de noisette. Joli Chablis 2008, avec des notes de fruits et de fleurs, sec et suave à la fois, très bien vinifié comme le Petit Chablis 2008, un vin très réussi (ce qui n'est pas si fréquent, franc, floral, très abordable, à déboucher sur des crevettes.
    Domaine Daniel DAMPT et Fils

    Domaine Daniel DAMPT et Fils

    (CHABLIS)

    1, rue des Violettes
    89800 Milly
    Téléphone :03 86 42 47 23
    Télécopie : 03 86 42 46 41
    Email : domaine.dampt.defaix@wanadoo.fr
    Site : www.dampt-defaix.com

    Domaine de 27 ha, lignée de vignerons depuis plus de 150 ans, qui tiennent à conserver à leur domaine un caractère familial traditionnel. Typé, ce Chablis Premier Cru Fourchaume 2008 est à dominante de fleurs fraîches, de fruits jaunes et de tilleul, un vin gras et nerveux à la fois, riche au nez comme en bouche. De belle robe dorée, le Chablis Beauroy 2008, développe un nez très élégant, soutenu par des senteurs persistantes d'agrumes et d'amande grillée. Le Chablis Premier Cru Vaillons 2008, gras, est très fruité, avec beaucoup de finesse, et des connotations d'amande et de vanille en finale. Remarquable Chablis Grand Cru Bougros 2008, élevé en fûts, d'une grande puissance avec beaucoup de minéralité, aux arômes délicats de noisette et de poire, de miel d'acacia, de fleurs blanches, d'une très grande finesse, un vin ample et suave. Joli Chablis 2008, où la fraîcheur s'allie à la rondeur, un vin très réussi, franc et floral, ce qui n'est pas si courant dans l'appellation.

    LE VIN DE A à Z  :   A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

    Domaine HEIMBOURGER Père et Fils

    Domaine HEIMBOURGER Père et Fils

    (CHABLIS)
    Olivier Heimbourger
    Rue de la Porte-de-Cravant
    89800 Saint-Cyr-les-Colons
    Téléphone :03 86 41 40 88 et 06 19 58 54 84
    Télécopie : 03 86 41 48 83
    Email : heimbourger@wanadoo.fr

    Un suave Chablis cuvée Pierre 2008, cuvée vieillie en fûts de chêne, un vin où la structure s'allie à l'élégance, de bouche subtile aux nuances de pamplemousse, de chèvrefeuille et d'amande fraîche, une réussite de ce millésime. Joli et classique Chablis 2008, harmonieux, aux notes de fruits frais (abricot) et de tilleul. Excellent Irancy cuvée Pierre rouge 2007, (Pinot Noir majoritaire et 5% de César), riche en couleur, équilibré, parfumé (cassis, humus, réglisse), de bouche fondue, un vin bien corsé, qui poursuit son évolution. L'Irancy 2007, Burgundia d'Or 2008, élevage pour 40% en fûts de chêne durant 11 mois, aux senteurs de fruits mûrs et de fumé, de couleur pourpre intense, associe gras et intensité. Le Bourgogne rouge Pinot Noir 2007, tout en nuances, coloré, charpenté, bouqueté, aux tanins fondus, très réussi comme le Bourgogne Passetoutgrain rouge 2008.

    Sylvain MOSNIER Earl

    Sylvain MOSNIER Earl

    (CHABLIS)

    36, route Nationale
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 43 96 et 06 68 37 92 99
    Télécopie : 03 86 42 42 88
    Email : sylvain.mosnier@libertysurf.fr

    Une exploitation de 17 ha où l'on élève soigneusement ce Chablis Premier Cru Beauroy 2008, de jolie robe dorée, de bouche parfumée et persistante, avec ces connotations de fruits jaunes frais, sec et moelleux à la fois, suave comme il se doit et d'une jolie finale épicée. Beaucoup de structure et d'élégance pour le 2007, de bouche subtile aux nuances de pamplemousse, de chèvrefeuille et d'amande, savoureux. Excellent 2006, d'une robe aux reflets or pâle, d'un nez de pêche de vigne, tout en rondeur, onctueux un vin très typé, vraiment charmeur. Le Chablis Vieilles Vignes 2008, bien élevé en fûts, un vin harmonieux, aux notes de fruits frais (abricot) et de tilleul, allie élégance et puissance, comme le 2007, de bouche veloutée, classique, d'une belle fraîcheur persistante. Goûtez le Chablis Premier Cru Côte de Léchet blanc 2008, aux nuances de tilleul et de miel, tout en bouche, un vin de jolie teinte. Joli Petit Chablis 2008.

    Domaine de la MOTTE

    Domaine de la MOTTE

    (CHABLIS)
    Jean Michaut
    35, Grande Rue
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 43 71
    Télécopie : 03 86 42 43 43
    Email : domainedelamotte@wanadoo.fr
    Site : www.chablis-michaut.com

    Un domaine de 25 ha de vignes. Coup de cœur pour leur Chablis Premier Cru Beauroy 2007, avec une note minérale, très élégant, de belle matière, riche en arômes, avec ces senteurs caractéristiques du terroir de lis, de rose et de miel d'acacia, un vin ample et gras au palais. Le 2006 est un vin suave, de bouche intense, aux connotations de fleurs blanches fraîches (aubépine) et de rose, riche au nez comme en bouche, tout en nuances aromatiques. Beau Chablis Premier Cru Vauligneau 2008, onctueux en bouche, très harmonieux, encore très jeune, bien fruité, avec beaucoup de finesse, et, en bouche des connotations de noix et de miel, de garde. Excellent Chablis Vieilles vignes 2008, vignes de 40 ans et plus, un faible rendement qui permet la concentration des arômes, vin riche qui permet une conservation plus longue, aux notes de fruits secs, riche, tout en charme et parfums. Le Chablis 2008, de bouche très subtile avec des nuances de fruits frais, tout en vivacité, est à découvrir sur des escargots de Bourgogne, bien sûr.

    Jean-Marie NAULIN

    Jean-Marie NAULIN

    (CHABLIS)

    30, rue de la Voie-Neuve
    89800 Beines
    Téléphone :03 86 42 46 71 et 03 86 42 40 95
    Télécopie : 03 86 42 12 74
    Email : domainenaulin@orange.fr

    Beau Chablis Premier Cru Beauroy 2007, aux arômes de noisette grillée, de robe jaune aux reflets d'or, puissant et élégant à la fois, tout en suavité, de bonne bouche équilibrée, aux notes de pêche et de pain grillé, très bien élevé, vraiment très abordable. Le 2006, au bouquet fleuri, avec ces notes de noisette et de miel, puissant, tout en délicatesse, très ample au palais, un grand vin racé, vraiment remarquable par sa structure et sa longueur en finale. Le 2005 est tout en finesse aromatique, au nez caractéristique de tilleul et d'amande, qui allie rondeur et nervosité. Excellent Chablis 2008, de bouche veloutée, où s'entremêlent des notes d'amande, de pêche et de bruyère, un vin harmonieux, d'un bel or pâle brillant, classique, d'une belle fraîcheur persistante.

    Domaine PINSONCHABLIS Domaine PINSON

    Domaine PINSON

    (CHABLIS)
    Laurent et Christophe Pinson
    5, Quai Voltaire
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 10 26
    Télécopie : 03 86 42 49 94
    Email : contact@domaine-pinson.com
    Site : www.domaine-pinson.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Les sympathiques Laurent et Christophe Pinson sont passionnés par leur métier de viticulteurs et en parlent avec talent et enthousiasme. Nous avons pu constater sur place les efforts entrepris (magnifique nouveau cuvier, salle de réception voûtée...) pour rester au top. Superbe Chablis Grand Cru Les Clos 2007, aux senteurs de fleur d'acacia et de tilleul, associant structure et finesse, tout en harmonie, onctueux et riche, un très grand vin de bouche intense, de grande évolution. Le Chablis Premier Cru Fourchaume 2007 est dans la lignée, de robe jaune pâle aux reflets d'or, un vin tout en arômes et persistance, avec ces nuances spécifiques de pomme mûre et d'amande grillée, d'une belle onctuosité en bouche, un vin gras et subtil, de garde. Savoureux Chablis Premier Cru La Forêt 2007, exprimant au mieux ce terroir spécifique, un vin racé, minéral et dense, très parfumé et complexe, de robe brillante, riche au nez comme en bouche, tout en nuances d'arômes (genêt, pêche, cannelle), un vin avec beaucoup de potentiel, de garde, naturellement. Le 2005, d'une grande intensité, un vin ample, avec des notes florales et fruitées, associe élégance et puissance, d'une grande persistance au nez comme en bouche. Le Premier Cru Mont-de-Milieu 2007, où la finesse prédomine, est gras et complexe, marqué par des nuances de pain grillé, de fruits blancs mûrs et de noisette, un vin tout en rondeur, très charmeur sur une cuisine assez relevée. Le 2005 est un vin tout en structure et parfums, au nez de fleurs blanches et de noisette, très fruité, équilibré et harmonieux, de très bonne évolution, de bouche onctueuse. Remarquable Chablis Premier Cru Vaillons 2008, complexe et parfumé, onctueux en bouche, aux notes subtiles de fruits frais et de noisette, très équilibré, harmonieux, tout en bouche, riche, un vin de terroir. Le 2005 est d'une grande complexité de parfums (amande, épices, brioche), tout en bouche comme ce Chablis Premier Cru Montmains 2007, marqué par son terroir qui lui transmet des notes minérales, l'un des meilleurs dégustés cette année, avec des notes de noisette, et d'agrumes, d'un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le fruité. Suave 2005, où dominent les fruits mûrs et les petits fruits secs, tout en persistance aromatique.
    Earl Domaine Guy ROBINCHABLIS Earl Domaine Guy ROBIN

    Earl Domaine Guy ROBIN

    (CHABLIS)
    Jean-Pierre et Marie-Ange Robin
    13, rue Berthelot
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 12 63
    Télécopie : 03 86 42 49 57
    Email : info@domaineguyrobin.com
    Site : www.chablis-guyrobin.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. “Nous commercialisons des millésimes relativement anciens, c'est notre philosophie, nous dit Marie-Ange Robin. Ici, nous sommes des conservateurs pour le plus grand bonheur de nos clients. Nous pouvons nous permettre de garder les Vins et préférons les stocker convenablement et les surveiller dans nos caves, plutôt que de les mettre sur le marché trop tôt. Par exemple, notre Grand Cru Valmur 2001, absolument fabuleux à boire maintenant (il nous reste quelques magnums 2000, sublimes). Le Premier Cru Montée de Tonnerre 2005 est vraiment extraordinaire, le 2006 est dans la lignée, très prometteur. Notre force, dans ces appellations où nous avons le plus d'hectares, ce sont ces parcelles particulièrement bien situées à la limite des Grands Crus. Il nous reste très peu de Montmains 2001, un vin qui procure beaucoup de plaisir aujourd'hui, après 6 ans de bouteille. Nous n'avons pratiquement plus de 2003, qui est très charmeur. Actuellement, Montmains 2005 est disponible, c'est un grand millésime, très beau, riche d'une belle minéralité, tout en longueur, de grande garde, alors que le 2006, développant des notes de violette et de sous-bois, est un millésime très minéral, plein, frais. Blanchot, Les Clos et Valmur 2004 sont eux aussi vraiment délicieux. Le 2000 est d'une belle couleur jaune d'or, les Vins sont très parfumés au nez comme en bouche, un délice, des Vins très typés aux notes de sous-bois très caractéristiques. Les 2001 peuvent être bus maintenant, ce sont des Vins très prenants. À découvrir absolument : Blanchot 2004 et 2005, Les Clos 2004 et 2005, Bougros 2004, qui sont des Vins plus flatteurs, à boire avant les 2005, des Vins de garde.” Il y a donc cet envoûtant Chablis Grand Cru Vaudésir 2007, tout en charpente, parfumé, fin et riche à la fois, avec des notes subtiles de pain grillé et d'agrumes, de garde. Le 2006, tout en distinction, riche en arômes comme en charpente, d'une grande ampleur aromatique en bouche (aubépine, pêche, noisette), très typé, un grand vin qui allie parfaitement puissance et souplesse, encore fermé, bien sûr. Rare Grand Cru Bougros 2005, aux senteurs d'amande grillée, de robe jaune aux reflets d'or, un vin puissant et distingué à la fois, riche au nez comme en bouche, très harmonieux. Le Chablis Grand Cru Les Clos 2006 est issu de vignes de 43 ans situées sur la rive droite du Serein, sol de colluvions argilo-calcaires très caillouteux sur sous-sol kimméridgien, sud-sud-ouest. Le vin est une réussite, complexe et dense, aux notes de tilleul et de petits fruits frais, à découvrir sur des quenelles de brochet. Le Chablis Premier Cru Montmains Vieilles vignes 2006, à dominante de fleurs blanches et de petits fruits secs, est un vin puissant et raffiné à la fois, de garde, parfait sur un bar. Superbe Chablis Grand Cru Vieilles vignes Valmur 2006, au nez intense, floral (narcisse), avec une pointe de fumé et de rose, un vin dense, tout en finesse, de bouche onctueuse, d'une longue finale. Goûtez le Chablis Premier Cru Montée de Tonnerre Vieilles vignes 2005, un vin minéral, avec des arômes de fougère et de fruits frais, riche, savoureux et plein, qui associe charnu et suavité. Excellent Chablis Marie-Ange Robin Vieilles vignes 2007, avec ces nuances de chèvrefeuille et de pêche blanche, de bouche fondue et persistante. Le Chablis Premier Cru Vaillons 2006, est ample et distingué, très fin en bouche, un vin très équilibré, aux saveurs caractéristiques, de fumé, de musc et de miel, suave comme il se doit, d'excellente évolution. Puissant Chablis Grand Cru Blanchot Vieilles vignes, gras, moelleux, très typique de son terroir, intense au nez comme en bouche, avec des notes de grillé et de rose, nerveux et savoureux à la fois, de garde.

    Gérard TREMBLAYCHABLIS Gérard TREMBLAY

    Gérard TREMBLAY

    (CHABLIS)
    Famille Tremblay
    12, rue de Poinchy
    89800 Chablis
    Téléphone :03 86 42 40 98
    Télécopie : 03 86 42 40 41
    Email : gerardtremblay@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/gerardtremblay

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Ici, on s'attache, en famille, à laisser s'exprimer au mieux chaque parcelle, et aucun cru ne ressemble à un autre. Gérard Tremblay, en-dehors d'être devenu une référence incontournable de la région, peut être satisfait d'avoir su transmettre, avec son épouse, Hélène, à leurs enfants la même “fibre” pour élever de grands Vins typés (il leur a aussi transmis sa passion pour les courses automobiles, étant ancien champion lui-même). On ne peut que savourer ce formidable Chablis Grand Cru Vaudésir 2007, où la finesse prédomine, ferme et concentré, tout en bouche, onctueux, très parfumé, très fin, tout en nuances aromatiques, de bonne bouche persistante, qu'il faut, évidemment, savoir attendre pour profiter de son véritable potentiel. “Le 2007 se goûte remarquablement, précise Marylise Tremblay. C'est un millésime qui ressemble aux 2004 et 2000, avec une belle homogénéité. On revient aux sources, à la vraie typicité des Chablis. Avec mon père, nous avons dégusté récemment un 1985 et tout le monde a été épaté par cette fraîcheur qui subsiste dans nos Chablis de garde. Nous avons analysé l'acidité du 1985 qui était tout à fait comparable à celle du 2007, et cela nous a fait plaisir car c'est un gage de qualité. L'acidité, c'est comme les os pour un être humain, cela permet aux Vins blancs d'aller très loin dans le temps, sans acidité, il n'y a pas de vin de garde.” Remarquable 2006, très typé, riche en arômes de fleurs et de fruits confits, d'une belle longueur, d'une grande richesse, complexe, au nez intense, avec ces connotations en finale de lis, de rose et de musc, un vin ample et gras. Le 2005, d'une grande intensité, tout en subtilité d'arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, avec des notes d'amande, de fumé et de rose, légèrement miellé, d'une belle élégance et d'une grande richesse, à savourer sur une cuisine riche. Le 2004 est d'une grande finesse en bouche, un vin gras et onctueux, très typé, d'une grande palette aromatique, très complexe, légèrement épicé, avec cette finale impressionnante où s'associent le musc, la brioche et les fruits frais, très riche en arômes comme en structure, rond et nerveux à la fois, de garde, parfait sur un homard. Très beau Chablis Premier Cru Beauroy 2005, un très grand vin typé, où s'entremêlent le chèvrefeuille et la noix, avec une note de pomme mûre, de couleur soutenue, un vin délicat et riche, marqué par son terroir, tout en charpente, très équilibré comme nous les aimons, d'excellente évolution. Vous apprécierez tout autant le Premier Cru Côte de Léchet 2007, d'une belle complexité aromatique, intense et distingué à la fois, tout en rondeur, de garde, très bien élevé, un vin dense et parfumé. Le 2006, aux nuances de petits fruits frais (coing, pêche), d'une belle onctuosité, d'un bel équilibre en finale, est vraiment charmeur, à découvrir sur des langoustines flambées. Le 2005, de bouche puissante, riche en bouquet, aux senteurs de fruits secs et de sous-bois, structuré et parfumé, est un vin d'excellente évolution, à ouvrir sur des gambas ou sur des escargots. Très beau Chablis Premier Cru Beauroy 2005, d'une très grande finesse, de belle harmonie, où s'entremêlent des senteurs de chèvrefeuille, de pomme mûre et de brioche, d'une élégance persistante en bouche, tout en charpente, très équilibré. Le Premier Cru Montmains 2006, aux nuances de fruits mûrs, de coing notamment, de robe jaune pâle aux reflets d'or, est un vin puissant et distingué à la fois, riche au nez comme en bouche, d'une finale bien persistante. Superbe Premier Cru Fourchaume 2007, au nez élégant dominé par l'amande et le coing, avec cette touche d'acidité alliée à une rondeur agréable, de bouche délicate où s'entremêlent des notes de musc et de bruyère, un vin racé. Beau 2005, au nez minéral où dominent les agrumes et les petits fruits secs, ample et bouqueté, tout en rondeur, de bouche épicée et dense, tout en persistance aromatique, avec une pointe de musc en finale qui lui apporte toute sa structure. Pour le plaisir, ce Fourchaume 2002 : c'est un grand millésime de garde qu'il faut attendre un peu pour l'apprécier pleinement, très typé, d'une belle vivacité et homogénéité, d'une grande puissance, complexe et parfumé, onctueux, alliant nervosité et gras, où l'on trouve des notes de fleurs fraîches et de noisette, de tilleul et d'amande, très typé, très minéral, médaille d'or à Paris au Concours Agricole.
  • L'Encyclopédie du vin : V comme Velho ou Valais...

    Pin it!

    VADUZERVIN
    Rouge du Liechtenstein. Les 2/3 du vin produit dans la petite principauté de Liechtenstein, située entre la Suisse et l’Autriche, portent l’appellation Vaduzer, dernière du nom de sa capitale : Vaduz. Le reste provient de Schaan,Triesen et Balzers, d’où le nom des vins : Schaaner, Triesner et Balzner.

    Les premiers vignobles furent probablement établis à Liechtenstein par les Romains, et, plus tard, par des moines au début de l’ère chrétienne. En ce temps-là, le Liechtenstein n’existait pas encore. Son territoire fit d’abord partie de l’Empire romain, puis du Saint Empire romain germanique. En 1699 et 1712, les princes de Liechtenstein achetèrent la principauté sur laquelle ils règnent depuis lors. Toutes les vignes étaient alors cultivées par des moines, puis elles furent sécularisées voilà cent cinquante ans.

    Le Vaduzer est un vin rouge léger qui par sa teinte claire se rapproche du rosé. Il est fait exclusivement avec du Blauburgunder ; autrefois on cultivait aussi de l’Elbling (blanc), on essaya aussi Riesling et Sylvaner, mais on abandonna ces variétés. Les petits vignerons sont groupés dans une coopérative. Le seul domaine de Bockwingert comprend à peu près la moitié des vignes du secteur de Vasuz. Le cru le plus intéressant est Abtwinger, vignoble de la Rotes Haus.

    Valais
    Le vignoble Suisse le plus propice à la culture de la vigne (et le plus étendu), plantée sur des sols calcaires légers, bien aérés, pauvres en argile, qui se réchauffent rapidement. On y produit un rouge, le Dôle, et deux beaux blancs, le Fendant et le Johannisberg.

    VALCACEPIO
    Bon vin rouge de Lombardie, produit entre Bergame et le lac Iseo.

    Valdeorras
    A l’intérieur des terres espagnoles, en remontant vers la région de Leon, se trouve la petite appellation Valdeorras, plantée des cépages Garnacha, Mencia et Grao Negro pour les rouges, et Palomino, Dona blanca et Albillo pour les blancs. Le climat est beaucoup plus continental, avec des influences océaniques relativement importantes.

    Valdepenas
    C’est l’un des grands secteurs vinicoles de        l’Espagne, planté sur des terrains du miocène, composés d’argiles, de marnes et de sables  autour de Valdepenas, Alcubillas, Moral de Calatrava, San Carlos del Valle, Santa Cruz de Mudela, Torrenuva, Torre de Juan Abad, Granatula de Calatrava, Alhambra et Montiel.

    Les blancs issu du cépage Lairen (ou Airen) sont en l’occurrence assez peu corsés, légers en bouche, et peu alcoolisés. Quelques rosés bien faits, et surtout des rouges (cépages Airen et Cencibel) qui ont plus de corps, intenses, fruités, ronds et savoureux en bouche, très attirants par leur originalité.

    Valence
    Espagne. Les Grecs et les Phéniciens importaient déjà du vin des ports de Denia et Javea, et ce commerce florissant a stimulé l’expansion du vignoble jusqu’aux autres régions. Du temps des Romains, des chroniques de Martial et Pline faisaient déjà l’éloge des vins de Sagunto. La région offre une gamme de vins très variée, allant des rosés fruités de Utiel-Requena aux rouges corsés du Alto Turia d’Alicante, en passant par des blancs intéressants, des rosés et rouges plus ou moins doux.

    VALENCIA-CLARIANO
    Zone viticole espagnole, située au sud de la province de Valence, où se cultivent les cépages Monastrell et Garnacha pour les rouges, Merseguera, Malvasia et Tortosi pour les blancs.

    VALENCIA-VALENTINO
    Dans la partie centrale de la province de Valence, en Espagne. Des rouges corsés et savoureux issus des Bobal, Garnacha et Tintorera, et des blancs tout aussi typés, mais parfois décevants, provenant des cépages Merseguera, Malvoisia et Pedro Ximénez.

    VALLE DE MONTEREY
    Aire viticole espagnole proche du Portugal produisant les vins les plus robustes de Galice.

    Valpolicella
    Ce nom est certainement l’un des plus connus des bons vins rouges italiens, élevé dans la province de Vénétie. Un bon Valpolicella n’est pas élaboré pour faire de l’esprit mais pour faciliter le dialogue entre amis.

    VALTELLINA SUPERIORE
    La meilleure DOC de Lombardie (Italie) regroupe quatre sous-appellations : Sassela, Valgella, Grumello et Inferno, et tous les vins sont rouges, issus du Nebbiolo.

    VAN DEN HUM
    Liqueur produite en Afrique du Sud à partir d’une variété de clémentaine. A l’origine, elle était fabriquée par des émigrés hollandais ; d’où son nom et sa similarité avec le curaçao.

    VANILLÉ
    Un vin qui sent la vanille est souvent, au nez comme en bouche, un vin qui a connu un       élevage en barriques de chêne neuves. C’est en effet le chêne qui procure cette sensation              olfactive.

    VARNA
    Région viticole bulgare produisant des vins blancs de Chardonnay et de Traminer.

    VAUD (CANTON DE)
    C’est la région Suisse très propice aux vins blancs.

    VECCHIO
    Employé pour désigner un vin vieux, en Italie.

    VÉGÉTAL
    Dans la dégustation, le terme s’emploie pour définir des vins qui rappellent l’odeur d’humus, de substances végétales.

    VELHO
    Vieux, en portugais.

    VELOUTÉ
    Comme ce nom l’indique, un vin velouté associe la rondeur et le corps, la chaleur à la douceur du velours… S’attribue au Pomerol, aux grands vins de bourgogne et à ceux d’Italie,  par exemple.

    VENDEMMIA
    Année de la vendange, en italien.

    VENEGAZZZU DELLA CASA
    Vin rouge de Vénétie.

    VENENCIA
    Petite coupe fixée sur un long manche permettant de goûter un échantillon de xérès dans le fût sans perturber la flor (voir Xérès)...

    LIRE LA SUITE

  • Les vins de Toscane et du Latium

    Pin it!

    La Toscane

    Avec le Piémont, mais dans un autre registre, la Toscane fait partie de cet art de vivre italien inimitable, où les sciences côtoient les marchands, les peintres, les architectes, les divas s’associent aux vignerons, les palais s’allient aux collines verdoyantes, les levers de soleil à la vie nocturne de Florence, tout cela dans une atmosphère unique que les plus grands réalisateurs ont su parfaitement transcrire au cinéma. Pourtant, ici, de Pise à l’île d’Elbe, de Sienne à Florence, la réalité correspond bien à l’imaginaire. Firenze est d’ailleurs l’archétype de la culture italienne, et l’on tombe vite sous son charme (une fois n’est pas coutume, descendez au Baglioni , somptueusement rénové l’an dernier, et demandez une chambre avec vue sur l’Arno, pour admirer le Ponte Vecchio).

    La Toscane, ou plutôt le vieux pays toscan, est tout en beauté (allez-y en mai) avec ses villas et ses cyprès, ses forêts et ses vallées où se mêlent la vigne et l’olivier, c’est toute l’Italie résumée. Et c’est aussi son vin. On trouve de tout ici, du sublime au divin, bien que la région ait été la première d’Italie à entreprendre de délimiter et de protéger son vin.

    Il est incontestable que la région possède une unité et une identité authentiques, comparables à celle que l’on peu retrouver dans le Bordelais, malgré les différences au niveau des sols, des traditions et des microclimats. La base de tout, c’est ce cépage Sangiovese qui fait l’homogénéité du Chianti. En revanche, le Chianti étant un vin coupé, les goûts personnels des producteurs peuvent influencer fortement l’équilibre du coupage, le type de fermentation et la durée du vieillissement.

    La région est aussi prolifique en appellations contrôlées (24 vins en sont pourvus,), issues majoritairement des cépages rouges Sangiovese ou Brunello. Décidé à vous faire mieux connaître les vrais vins italiens, vous comprendrez qu’une nouvelle fois je ne m’attarde pas sur les vins de purs Cabernet-Sauvignon (Sassicaia ou Sanmarco),  ou de Chardonnay. Une précision : bien qu’il n’existe pas de Chianti Blanc, on goûte de jolis vins tels que le Vernaccia di San Gimignano, très parfumé, légèrement poivré, le Montecarlo, plus gras, l’Elba, le Galestro, très sec et très frais, le Bianco della Lega ou ce Vino Santo, un demi-doux alcoolisé mais charmeur comme le Moscadello di Montalcino qui fleure bon son Muscat. Les cépages les plus utilisés sont le Malvasia, le Trebbiano et le Vernaccia.

    Trois vins rouges, assez proches qualitativement, font la renommée de la Toscane, trois appellations qui bénéficient  de la DOCG, c’est-à-dire de la Denominazione Controllata e Garantita, le grade le plus élevé dans la législation vinicole italienne, où l’on trouve des vins splendides, si l’on sait respecter les millésimes, leur évolution, et frapper à la bonne porte.

    - Chianti
    L’appellation Chianti étend ses meilleurs vignobles autour de Florence, au nord vers Pistoia et Rufina, au sud, vers San Gimignano et Montevarchi.

    Au Moyen Age, Chianti était une petite région sans cesse en proie aux guerres et aux échauffourées entre Florence et Sienne. Le Chianti fut, dès le XVIIIe siècle, exporté dans les fameuses fiasques paillées. Le secteur regroupe plusieurs départements et sous-régions, dont les meilleurs sont ceux de Classico, Carmignano, Colli Fiorentini et Rufina. Si vous préférez comme moi un Chianti digne de ce nom, optez soit pour ceux qui proviennent de ces zones, soit pour le Chianti Riserva, l’exception confirmant la règle. La simple DOC Chianti regroupant surtout des vins plus légers, plus simples, à boire jeunes et frais, assez bien faits néanmoins. Un grand Chianti peut être exceptionnel, et se distingue donc aisément du Chianti de base que vous trouverez chez tous les restaurateurs.

    - Brunello di Montalcino
    Le secteur d’appellation se trouve au-dessous de Sienne, et il faut vouloir aller à Montalcino, tant la route n’est pas évidente. Bien sûr, on oublie vite les virages avec  ce vin superbe, un ton au-dessus que le Chianti Riserva (mais pas toujours). Dans un style plus gras, très concentré, très classique, extrêmement complexe au nez comme en bouche, un grand Brunello devient l’un de ces crus hors normes auxquels il est difficile de résister. Le Riserva doit être élevé au moins cinq années avant d’être commercialisé, et c’est un minimum, tant ce sont des crus qui demandent de la patience. C’est cela la différence entre un grand et un bon vin.

    - La DOC Rosso di Montalcino concerne les vins plus jeunes (ou provenant de vignes plus jeunes), plus souples, très différents, que je n’ai jamais considérés comme d’excellents vins.

    - Vino Nobile di Montepulciano
    En repartant vers Quirico d’Orcia et Chianciano, vous arriverez comme moi dans l’adorable village de Montepulciano, auquel on accède par une petite route sinueuse. Le Sangiovese s’exprime encore parfaitement ici, dans ce beau rouge intense et généreux en bouche, souvent très puissant, tannique, qu’il faut également laisser évoluer longtemps pour profiter de ses qualités réelles. Le  Montepulciano est un vin de connaisseur patient…

    Journal du Vin
    Dietetique

    Le Latium

    Deux noms symbolisent le Latium : Castelgandolfo, la résidence d’été du Pape, et le Frascati. La région ne badine pas avec les classifications : 17 vins, de 54 typologies différentes, ont obtenu la DOC, et sont issus pour les blancs, du Trebbiano et de la Malvasia, et pour les rouges, des Cesanese, Sangiovese, Montepulciano, Merlot et Barbera.

    - Frascati
    Quatre lieux de production pour ce vin plus connu que réputé : Frascati, Rome Montecompatri, Monteporzio Catone et Grottaferrata. Le vin est issu des cépages Malvasia blanc de Candia et Trebbiano de la Toscane, Malvasia du Latium et Greco. Un vrai et bon Frascati (ce n’est pas si courant) doit avoir cette couleur jaune brillante typique, un délicat parfum de fruits frais, et cette souplesse en bouche toute nuancée de douceur. Les meilleurs sont dans l’index, et se dégustent uniquement très jeunes, au printemps qui suit la récolte, sur place, avec des fruits de mer (la Tyrrhénéienne est à dix minutes de voiture, en roulant à l’italienne) ou à l’apéritif.

    - Marino
    Pour l’anecdote, un blanc correct (Malvasia, Trebbiano de la Toscane, Bonvino et Cacchione de robe jaune paille, dont les meilleurs sont vineux, riches, et je vous les conseille plutôt en demi-secs, plus souples en bouche.

    - Cerveteri
    J’aime bien les rouges issus des Sangiovese, Montepulciano, Cannaiolo noir, Carignano et Barbera, des vins vigoureux et colorés, lents à se faire.

    - Velletri
    Des blancs (cépages Malvasia et Trebbiano majoritaires) et rouges (cépages Sangiovese, Montepulciano, Merlot et Bombino noir), provenant des alentours de Vellitri et Lariano et Cisterna. Les blancs sont typés, secs et vineux, bien fruités, mais je préfère les rouges, de belle couleur rubis plus ou moins foncé, toujours secs, savoureux, souples et charnus à la fois, assez veloutés en  bouche au bout de quelques années.

    - Est!! Est!! Est!! di Montefiascone
    Avec un nom pareil, on ne risque pas d’oublier ce blanc sec ou demi-doux, fait de Trebbiano et Malvasia. On raconte qu’au XIIe siècle un évêque allemand du nom de Johann Fugger aurait reçu l’ordre d’aller à Rome pour le couronnement de Henri V. Afin d’être sûr de boire de bons vins au cours de son voyage, il envoya son domestique visiter les auberges le long de la route en lui demandant de marquer celles qui servaient le meilleur vin du mot “Est”, pour “Vinum est bonum”. Arrivé à Montefiascone, celui-ci trouva le vin local tellement bon qu’il nota “Est! Est !! Est !!!”. Dans les faits, c’est vrai que le vin est très amusant, agréable, assez savoureux et persistant en bouche.

    L’Ombrie

    Là encore, le passé viticole remonte aux Étrusques, et cette région bénéficie d’un Climat particulièrement favorable à la culture de la vigne, et à la grande variété des cépages qui y sont cultivés. Quatre DOC méritent d’être mieux respectées : Orvieto (visitez la ville médiévale, superbe), Colli Perugini, Torgiano et Sagrantino di Montefalco.

    - Orvieto
    De très bon vins blancs de renommée ancienne, déroutants au départ, secco ou abbocatto (voir encadré), très aromatiques, avec des nuances caractéristiques de miel frais, dont certains, issus de raisins botrytisés dans les grands millésimes, atteignent les sommets. Il faut les déguster sur des œufs.

    - Colli Perugini
    Dans un tout autre style, un blanc beaucoup plus nerveux, bien typé par le Trebbiano. La DOC englobe aussi un bon rouge (Sangiovese), à la fois ferme et souple en bouche.

    - Torgiano
    On retrouve bien la douceur et la typicité du cépage Sangiovese majoritaire dans ce vin rouge, bien parfumé, de bonne évolution. Certains Riserva (ceux de Lungarotti) deviennent étonnants de structure et de gras.

    - Sagrantino di Montefalco
    Un autre vin doux et onctueux, méconnu, très complexe au nez comme en bouche, délicieux avec des chocolats (mais si).

    Bien que je ne sois pas un adepte de ces cépages ici, le Chardonnay di Miradueldo (VT) est correct, comme le Blanc Soleone, légèrement ambré.

    Les Marches

    Avec dix DOC, une production qui atteint le million d’hectolitres, dont près du quart en DOC, cette région est à mon avis l’un des grands secteurs très   méconnus de l’Italie, avec un potentiel qualitatif qui pourrait en surprendre plus d’un.

    Les Marches font suite à l’Émilie-Romagne, le long de la côte est, et sont encadrées par une petite partie de la Toscane, au nord-ouest, par toute la région de l’Ombrie, à l’ouest, puis par les Abruzzes, au sud d’Ascoli Piceno. La région a replanté la majorité de son vignoble et la fameuse culture en contre-espalier, à 3 ou 4 rangées de supports, a remplacé l’ancestrale culture en forme d’arbre. Moins de manutention, des travaux mécaniques facilités, d’excellents cépages comme les Sangiovese et Montepulciano pour les rouges, et les Malvasia et Trebbiano (remarquable ici) pour les blancs, auxquels s’associent les Bianchello et le Verdicchio, tout cela porte ses fruits aujourd’hui, quand on débouche les meilleures bouteilles du pays, qui proviennent essentiellement des cinq appellations suivantes.

    - Rosso Piceno
    Franchement, les cépages Sangiovese et Montepulciano donnent ici des vins exceptionnels, onctueux, gras et suaves, le type même de ce que doit être un vrai vin italien, tout en douceur et en nuances aromatiques, de bonne évolution. Je vous assure que sur des pâtes en sauce bien cuisinées comme des chioccioloni à la crème ou des raviolis à la Ricotta (voir aussi encadré La grande gastronomie italienne), vous vous en souviendrez. C’est superbe.

    - Rosso Conero
    D’autres excellents vins, plus corsés, plus alcoolisés, tout en bouche comme ceux de la  famille Garofoli, près d’Ancône.  A leur suite, la DOC Sangiovese dei Colli Pesaresi.

    En blancs, secs ou mousseux, misez sur les appellations Verdicchio dei Castelli di Jesi et Verdicchio di Matelica, bien faits, très parfumés comme ceux d’Attilio Fabrini, bien secs, bien marqués par leur cépage Trebbiano souvent majoritaire, d’une jolie vivacité en bouche. Goûtez-les avec des pâtes fraîches au saumon fumé.

    Les Abruzzes

    A la suite de celle des Marches, vers le sud, la région des Abruzzes étend ses massifs montagneux et rocailleux pratiquement jusqu’à la côte orientale, près de Pescara. Le Climat est assez privilégié et deux DOC, le Montepulciano d’Abruzzo et le Trebbiano d’Abruzzo, symbolisent bien le potentiel qualitatif de cette région qui, comme ses voisines du centre de l’Italie, doit aux Étrusques sa culture viticole. Les cépages cultivés sont ceux des DOC de la région, auprès desquels on trouve de plus en plus de cépages “améliorateurs”, rouges comme les Barbera, Merlot ou Dolcetto, et blancs comme ces Riesling, Pinot Blanc ou Tocai (est-ce bien nécessaire ?).

    - Montepulciano d’Abruzzo
    J’ai bien apprécié ces rouges très colorés, que j’ai découverts dans le village de l’Aquila, sur les charcuteries corsées du pays. Des vins typés, intenses au nez comme en bouche, un peu durs certes (il faut les rafraîchir un peu, s’ils sont trop chauds), mais savoureux, gras et persistants. Ceux que j’ai goûtés tiennent parfaitement la comparaison avec des vins plus renommés comme ceux de Chianti, chacun possédant ses propres spécificités.

    - Trebbiano d’Abbruzzo
    Cette autre DOC est celle d’un vin blanc, à la fois sec et moelleux, assez amer en bouche, pour lequel il faut certainement trouver un plat adapté pour pouvoir l’apprécier comme il se doit.

    A noter le vin de table rouge Rubino qui sait réserver de bonnes surprises, dans les millésimes favorables.

    Le Molise

    C’est la frontière naturelle entre les Abruzzes et la Campanie, c’est-à-dire entre les régions du centre et celles du sud : 70% de sa superficie viticole se trouvent dans la région de Campobasso, le reste dans la province d’Isernia. La région tout entière “bouge”, améliorant ses plantations et ses vinifications. Deux DOC, de création récente, viennent récompenser les efforts accomplis par les vignerons et les coopératives : Biferno di Campobasso et Pentro Di Isernia, auxquelles s’ajoutent plusieurs bons vins de table, dont il faut surtout retenir les Ramitello (le meilleur) et Bianco del Molise en blancs, issus de vignes cultivées sur des sites assez élevés, et le Montepulciano del Molise en rouge, assez classique, corsé et rond en bouche, bien fait...

    LIRE LA SUITE : TOUS LES VINS D'ITALIE

     

    Journal du Vin
    Guide du Terroir

  • Vous êtes Porto ou Madère ?

    Pin it!

    Le Porto

    C’est incontestablement le Seigneur du pays. Il naît dans la haute vallée du Douro, au nord du Portugal, et dans les vallées de ses affluents le Corgo et le Torto. Cette région du Douropeut se diviser en deux zones secondaires : la Cima Corgo (ou le haut Corgo) et le Baixo Corgo (le basCorgo). La première est aride et dénudée ; la vigne tarde à y croître et ne donne qu’un rendement minime, contrairement à ce qui se produit dans le Baixo Corgo, aux eaux plus abondantes et à la végétation plus riche. Tout cépage étranger implanté dans cette région y donne du Porto. Il n’existe aucune explication scientifique de ce phénomène, dû à une véritable alchimie de la nature et lié sans doute à un équilibre particulier entre le climat et le terroir.

    Un peu d’histoire

    L’Angleterre de la fin du XVIIe et début du XVIIIe connaît une époque troublée par les influences contraires des Tories royalistes et des Parlementaires, rendue plus confuse encore par les éternelles querelles de religion. Guillaume III (dit Guillaume d’Orange), d’origine hollandaise, soutenu par les Parlementaires, débarque en Angleterre et fait fuir le roi en place Jacques II, qui se réfugie en France, auprès de Louis XIV (en 1688). Antipapiste et anti-français, Guillaume III déclare la guerre à la France en 1689 (guerre de la ligue d’Augsbourg) et établit un blocus des marchandises françaises. Les Anglais se trouvent alors privés de leurs vins de Bordeaux dont ils sont friands.

    Pendant ce temps, le Portugal, sous le règne de Pierre II, reste incapable de produire des récoltes de céréales suffisantes à ses besoins, et son commerce de produits coloniaux, épices et sucre du Brésil, décline. Il se voit alors contraint à réduire ses achats extérieurs et à se rapprocher de l’Angleterre. En 1703 est signé un traité de commerce (le traité de Méthuen) qui favorise les échanges entre l’Angleterre et le Portugal. Ce fameux traité marque le début de la grande hégémonie commerciale anglaise, la Banque d’Angleterre est créée en 1694 par 40 marchands, et le Bureau de Commerce en 1696. Le début de l’industrialisation de l’Angleterre et son dynamisme commercial vont être la cause de la ruine de l’artisanat portugais et du sous-développement des activités de manufacture qui semble intéresser l’Angleterre est le vin portugais.

    Un vin rude, fait, comme l’écrivait un historien, pour satisfaire l’Anglais flegmatique et carnivore… Une boisson âpre dont le seul mérite résidait dans son pouvoir à provoquer la stupeur. De surcroît, le vin portugais se voit doté d’un tarif préférentiel de droits d’accise à l’entrée en Angleterre : 7£ par tonne contre 55£ par tonne pour le vin français…

    En Angleterre, les importateurs de vins, privés de vins français pendant quelques années, s’accommodent tant bien que mal de ce vin du Portugal, de qualité bien inférieure aux vinsdeBordeaux. Ils décident alors de “fortifier” ce vin rude en ajoutant un peu d’eau-de-vie, selon un principe bien connu des navigateurs de cette époque, pour une meilleure conservation et pour éviter que le vin ne tourne en vinaigre. Un véritable centre de commerce de vins se développe dans la banlieue de Porto, à Vila Nova de Gaïa, sur les rives du Douro, le fleuve où sont acheminés dans les grandes barques à fond plat (barcos rabelos) les fûts (pipas) de vin en provenance des vignobles de l’intérieur du pays. De nombreux commerçants anglais, poussés par l’esprit d’aventure, attirés par le soleil  brûlant du Portugal, les paysages sauvages, le vin généreux et les filles aux yeux noirs, abandonnent l’Angleterre pour s’installer à Porto.

    C’est une véritable colonie britannique qui s’organise autour de Vila Nova de Gaïa afin de dominer ce nouveau marché de vins portugais. Un demi-siècle plus tard, 75% des vinsimportés en Angleterre sont d’origine portugaise. Les Anglais, avec un goût prononcé pour tout ce qui est sucré, préfèrent le Porto doux et velouté qu’ils consomment en vin de dessert, sur un fromage ou en digestif.

    L’élaboration du Porto

    Le raisin est descendu du vignoble à la cave dans de grandes hottes portées par les “barracheiros” (porteurs). Récemment encore le raisin était foulé par les pieds des vendangeurs; à présent on emploie des machines qui égrappent, foulent et pressent le raisin. Le moût ainsi obtenu est renforcé par addition d’eau-de-vie pour 1/5° ou 1/6° de son volume total. L’alcool introduit tue les levains de la fermentatin et interrompt ainsi  la transformation du sucre en alcool. Selon le moment où aura été appliquée cette addition, le vin sera sec, doux ou liquoreux. Les fûts employés dans les “quintas” des montagnes ont une capacité de 25 à 250 hectolitres. On transvase ensuite le vin dans des fûts de 550 litres que l’on descend vers le Douro et on l’embarque dans des bateaux à fond platdénommés “barcos rabelos”. Ceux-ci descendent le fleuve juqu’aux caves de Vila Nova de Gaïa, faubourg de Porto, où le vin est mis à vieillir. Le Porto mûrit lentement dans de petits tonnelets de bois spéciaux, dont la porosité favorise les processus d’oxydoréduction. Le taux annuel d’évaporation (environ 4 %) rend nécessaires de fréquents remplissages avec des eaux-de-vie du même âge que le vin lui-même. Le Portopeut être sec ou extra-sec (surtout le blanc), demi-sec oudoux (pour le       rouge).

    Il y a Porto et Porto

    La caractéristique commune à tous les vins de Porto est qu’ils sont produits dans une région délimitée par la loi portugaise depuis plus d’un siècle : la vallée du Douro. Chaque parcelle est répertoriée et classée dans les catégories A, B, C, D, un peu comme pour les crus de la région de Cognac. A la différence de Cognac où les différentes qualités sont disposées de façon concentrique avec la Fine Champagne au centre (voir ce chapitre), le classement du Porto est plus complexe. Il faut en effet tenir compte de l’ensoleillement, de la proximité du fleuve, de la densité de la culture. On peut estimer que les meilleures parcelles sont proches du fleuve et que leurs terrasses ne comptent qu’une ou deux rangées de vigne. Le Porto est donc composé de vin qui est “viné”, c’est-à-dire additionné de 20% environ d’eau-de-vie tirée elle-même de vin de la région. Bien entendu, il y a différentes sortes de vins de Porto.

    En dehors du Porto blanc, moelleux et rond (à boire frais mais sans glace, svp), plus ou moins douxselon les marques, totalement méconnu, appelé aussi Branco Dourado, élaboré à partir de raisinsblancs, exclusivement, mais selon les mêmes principes que les vins rouges, on peut départager la production de Porto en trois grandes catégories.

    Tawny
    Le plus courant. Ce “blend” est un vin qui est fait à partir de coupes d’âges et de productions différents. Toute sa qualité dépend de l’art du maître de chais qui procède à ces assemblages. Deux vins de Porto, tout en restant authentiques, peuvent être des produits très différents. En vieillissant, le vin change de couleur, passant du violet au rubispuis au roux doré (“Tawny” signifie d’ailleurs roux). Le vin le plus jeune prend le nom de Porto Ruby ou Tinto Alourado, plus corsé; ilgarde un goût très fruité mais n’a pas la classe et la puissance des vieux Tawnies.

    Le Tawny vieillit en fûts de chêne, généralement du chêne portugais qui donne moins le goût de tannin que le chêne français, plus fort. Certains négociants envisagent cependant de faire faire des fûts de chêne français. Le vieux Tawny mérite son prix, d’une part en raison de ses conditions de production, et d’autre part parce qu’une partie du vin (environ 2%) s’évapore des fûts chaque année.

    En France, nous nous empressons  généralement de boire un Tawny à l’apéritif. Une consommation qui me semble tout à fait adaptée à ce style de Porto. La bouteille doit être conservée à la chaleur ambiante. Il ne faut donc jamais le boire dans un verre opaque, ni même dans un trop petit verre. Je vous conseille encore de “mâcher” votre Porto, c’est-à-dire de le conserver un moment en bouche pour lui permettre de développer tout son bouquet.

    Porto millésimé
    Attention : il y a plusieurs sortes de Porto qui portent une date. Un Vintage peut être aussi bien millésimé que le Tawnie. Quand un Tawny est millémisé, cela signifie que toute la récolte vient de cette année et qu’il s’agit d’une bonne année. Certains vieux Tawnies peuvent être aussi bons que des millésimés. Il y a des amateurs qui préfèrent des vinscoupés rafraîchis par l’apport de vins plusjeunes. C’est souvent une affaire de goût. Avec l’âge, le Tawny devient plus doux et perd un peu de sa teneur alcoolique, sa couleurdevenant plus pâle.

    Certains vins de Porto provenant d’un seul domaine et d’une seule année sont aussi commercialisés, sans faire l’objet d’assemblage : ce sont les Quintas, souvent d’excellente qualité, vieillies en fûts pendant une période de huit ans au moins avant d’être mis en bouteilles. Rares et peu connus, les vins de Porto de 10, 20, 30 ou 40 ans d’âge proviennent d’assemblage de vinsvieillis en fûts pendant une période minimale de 10, 20, 30 ou 40 ans. Ce sont le plus souvent descoupages de grandes années.

    Les Late bottled vintages (ou L.B.V.) sont des vins de Porto récoltés dans de bonnes années et laissés en fûts pendant une période plus longue que pour les Vintages, variant de quatre à six ans. Ils sont ensuite mis en bouteilles mais ne font généralement pas de dépôt comme les Vintages, plus abordables et plus faciles à consommer.

    Vintage
    A mon sens, aux côtés de quelques rares Tawnies exceptionnels, le Vintage est au Portoce qu’un grand Champagne millésimé est au mousseux de fête   foraine. C’est la quintessence de la finesse, de la saveur et de la persistance aromatique. Un Vintage ne se boit pas : il se savoure. Pour exciter vos papilles comme il convient, débouchez un PortoVintage soit en digestif, soit sur les fromagesforts, en fin de repas (confer le chapitre L’accord des vins et des mets) : c’est ainsi que vous ferez la différence… Un Vintage est donc issu d’une récolte exceptionnelle (tous les trois à quatre ans, si le temps est propice), et est élaboré avec des vins d’une même année mais de différents cépages. Chaque maison a sa propre recette pour le réaliser, séléctionner les meilleurs crus, les assembler et les laisser vieillir en fûts.

    A la différence du Tawny encore, le Vintage vieillit en bouteilles. Il est mis en bouteillesseulement après deux ans en fûts, poursuivant et achevant son vieillissement en bouteilles, pendant une période variant de 15 à 20 ans (et plus) selon la qualité du millésime. Ne soyez pas étonné quand vous en déboucherez un : on constate souvent un dépôt assez important qu’il faut séparer du liquide en décantant chaque bouteille. Une bouteille de Porto Vintage digne de ce nom se doit d’être ouverte une bonne heure avant d’être servie, afin de laisser le breuvage respirer. A noter qu’au-delà d’une journée, le Vintage ouvert et décanté perd son corps et son bouquet.

    Ce sont seulement certaines années qui méritent d’être classées “Vintage” et le sont par décision de l’ensemble des producteurs et non par un seul  unilatéralement (un bel exemple de conscience professionnelle). Le premier Porto Vintage daterait de 1775, et la meilleure cuvée de toute l’histoiredu Porto date de 1896, suivie par le fameux 1931, le Vintage du siècle.

    En Angleterre, le Vintage Port se boit de façon traditionnelle en fin de repas, après le dessert et avec un fromage bleu (stilton) accompagné de biscuits. A la différence également du Tawny, unPorto Vintage ne doit pas être bu avant dix ou quinze ans pour être véritablement un Vintage digne de ce nom. Si vous l’achetez relativement jeune, vous devez donc prévoir de le conserver en cavesdans des conditions semblables à celles des vins de garde traditionnels. Cela, on s’en doute, en augmente le prix, mais de façon non exagérée, puisque je considère que les très grands vins dePorto bénéficient d’un rapport qualité-prix exceptionnel, certainement beaucoup plus mérité que quelques bouteilles extravagantes de Cognac. Il faut le boire à une température correcte, pas trop chaud en tout cas (de 16 à 18°). En principe, le Vintage est au sommet de sa forme après trente ans. L’exception confirmant la règle, j’ai bu à Gaia un 1863 (vous lisez bien) absolument étonnant…

    Les régions de Bairrada et de Dao

    Aux côtés de quelques bons vins blancs mousseux produits en petite quantité (goûtez surtout l’Azul des caves do Barrocao), c’est ici que l’on trouve les meilleurs vins rouges portugais.

    Le vignoble de Bairrada, planté sur un sol argileux en majorité du cépage Baja, s’étend entreAveiro et Coimbra. On trouve de bons vins, avec une base tannique équilibrée, rondset parfumés, à la fois corsés et fruités, d’excellente évolution. Plus à l’est, dans le vignoble de Dao, c’est le raisinTouriga nacional qui prédomine, planté sur des coteaux, dans des sols plus granitiques.

    Les vins du centre et du sud

    C’est au centre et au sud du pays, pratiquement le long de l’océan, que sont concentrés la plupart des autres vignobles portugais, souvent source de gros rendements. Des vinsrouges, rosés etblancs, ces derniers mousseuxsecs, demi-secs ou doux. On trouve de tout ici, du plus simple desvins au plus étonnant. En réalité, j’ai surtout envie de vous faire découvrir trois styles de vins qui me semblent valoir un détour.

    En face de Lisbonne, à l’ouest, près d’Estoril, la région avoisinant l’embouchure du Tage produit leCarcavelos, issu d’un minuscule vignoble. Un très bon vin viné liquoreuxd’apéritif qui sent lesfruits mûrs et la noisette, déjà réputé au XVIIIe siècle.

    Plus intéressant, exploité au nord de Lisbonne, le Moscate de Setubal, un vin muté, de forte teneur en alcool, très parfumé, puissant au nez comme en bouche, intense et persistant, avec ces connotations caractéristiques de fruits cuits, d’épices et de noix.

    Pourtant, le vin que je préfère dans cette région du Portugal méridional est incontestablement celui provenant du petit vignoble de Colares qui s’étend près de Cintra, en bord de mer, à l’ouest de Lisbonne. Voilà un vrai vin rouge typé, authentique, issu principalement du cépage Ramisco planté dans le sable, un vin tannique, très riche, qui apporte concentration, couleur et astringence.

    ET LE MADERE ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu